BFM Business

Le Bon Coin passe au paiement en ligne et ça change tout

Le Bon Coin vient de discrètement dévoiler un service de paiement. Pour l'entreprise qui se présentait jusqu'alors comme un simple site de petites annonces, il s'agit d'ouvrir la porte à des bouleversements plus importants

C'est une petite révolution pour Le Bon Coin. Le site de petites annonces vient en effet de dévoiler à certains clients de sa plateforme qu'il allait prochainement lancer un service de paiement, comme l'a découvert LSA. Un peu à la manière de Paypal avec eBay. Le site français va jouer le rôle de tiers de confiance auprès de ses utilisateurs. 

Auparavant les acheteurs devaient régler la somme soit en direct en se rencontrant soit via des plateformes comme eBay. Désormais, les utilisateurs du Bon Coin pourront donc entrer le numéro de leur carte bancaire et payer via le site. Ce dernier versera la somme sur le compte du vendeur lorsque l'acheteur aura reçu son produit.

"L'argent est conservé le temps de la transaction", explique le Bon Coin à certains de ses clients qui ont reçu un message d'information. Cela permettra évidemment de sécuriser les échanges sur un site souvent critiqué pour son manque de fiabilité et sur lequel les arnaques sont très nombreuses. Le paiement via le Bon Coin facilitera aussi les échanges à distance alors que jusqu'à présent le site met surtout en relation des acheteurs se situant à proximité les uns des autres. 

Le Bon Coin
Le Bon Coin © Le Bon Coin via LSA

Un service en plus donc pour ses utilisateurs mais qui ouvre la porte à des bouleversements plus importants. Premier d'entre eux, Le Bon Coin pourrait à l'avenir prendre sa dîme sur les paiements effectués via son site à la manière d'un Blablacar ou d'un AirBnB. Ce n'est pas le cas pour le moment. "Le service est gratuit", précise Le Bon Coin dans son message d'annonce.

D'ailleurs, interrogé à ce sujet en 2017 lors de l'inauguration des nouveaux locaux de l'entreprise, Antoine Jouteau, le patron du Bon Coin assurait que "l'ADN du Bon Coin était la gratuité". Le site a en effet pour le moment toujours joué la carte du "freemium". A savoir faire payer les entreprises pour leurs annonces d'emploi ou les particuliers qui veulent mettre leur annonce en valeur. Et ça suffit à générer un chiffre d'affaires conséquent de près de 260 millions d'euros en 2017 (+20%) avec une marge qui dépasse les 50%!

Un service qui intéresse le fisc

Mais le second bouleversement que la mise en place de ce service entraîne c'est le changement de statut du site qui passe de simple site média de petites annonces à une place de marché plus classique, donc en site vendeur. Le Bon Coin surtout aurait enfin connaissance du volume d'affaires généré sur son site ce qui intéresse particulièrement le fisc qui veut taxer l'économie collaborative.

Un serpent de mer législatif relancé récemment. Un projet de loi sur la taxation des plateformes collaboratives a ainsi été examiné en commission des finances cet été. L'idée est de taxer les 276 plateformes qui participent de cette économie comme AirBnB, Blablacar, Drivy, Uber et Le Bon Coin. En tant que simple site d'annonce, ce dernier n'était pas au courant des transactions réelles de ces utilisateurs. avec un service de paiement, cela pourrait changer la donne. Le site en dira plus sur ses intentions lors d'une conférence de presse le 12 septembre prochain.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco