BFM Business
Conso

Fast-food, boulangerie... La restauration rapide a retrouvé son activité d'avant-Covid

Selon NPD Group, la croissance en valeur de la restauration rapide était de +5% cet été par rapport à 2019. Les résultats pour l'ensemble du secteur de la restauration hors domicile restent en revanche inférieurs aux performances de 2019.

La restauration hors domicile a connu son meilleur été depuis 2019, profitant de l'absence de restrictions sanitaires, mais seule la restauration rapide a retrouvé ses niveaux de fréquentation d'avant-Covid, selon une étude de NPD Group publiée ce jeudi.

"Seul le circuit de la restauration rapide tire son épingle du jeu", en renouant avec "une fréquentation à la hauteur de 2019", précise l'étude. La croissance en valeur est même de 5% sur juin et juillet par raport à 2019, et +10% sur l'été, pour ceux vendant des burgers.

Pour le total du secteur, les résultats demeurent toutefois inférieurs en visites (-13%) et en dépenses (-10%) aux performances de 2019, complète-t-elle. Car de leur côté, "la restauration à table, la restauration collective et le segment des transports et lieux de loisirs affichent toujours un retard de 20% en visites par rapport aux performances de 2019". "Si la reprise est là, le marché n'a pas tout à fait renoué avec ses performances de 2019", commente Maria Bertoch, experte de NPD Group, citée par l'étude.

Le manque de personnel pèse sur la restauration à table

"La crise sanitaire a entraîné une mutation profonde des habitudes de consommation des Français", avec la généralisation du télétravail qui a limité déjeuners d'affaires et repas pris lors de déplacements professionnels, poursuit-elle.

En outre la vente à emporter "s'est installée dans les habitudes de consommation, malgré la levée des restrictions", souligne Maria Bertoch.

Toutefois la livraison et le "drive" sont en recul au sein de la restauration commerciale en juin et juillet, "par comparaison avec 2021, au profit de la consommation en restaurant", note l'étude. Quant au manque de personnel, il pèse sur la fréquentation en soirée, dans la restauration à table, entraînant "une réduction des roulements de services, une augmentation du temps d'attente ou même des moments de fermeture au plus fort de la saison estivale. Une première", commente Maria Bertoch.

La restauration commerciale "hors domicile" englobe la restauration avec service à table (cafés, bars, brasseries, cafétérias), la restauration rapide (fast-food, ventes à emporter/livrée sandwicheries, boulangeries, traiteurs), la restauration dans les transports et lieux de loisirs (musées, gares...) mais aussi les entreprises, et les distributeurs automatiques. En 2019, le secteur représentait 57 milliards d'euros de chiffre d'affaires en France, mais l'an dernier les dépenses étaient encore en repli de 35% par rapport à l'avant-crise sanitaire.

P.L. avec AFP