BFM Business

La maison-mère de Bistrot Romain et Hippopotamus en grande difficulté

La baisse de la fréquentation des Hippopotamus et Bistrot romain s'est accentuée depuis les attentats.

La baisse de la fréquentation des Hippopotamus et Bistrot romain s'est accentuée depuis les attentats. - Jean-Pierre Muller - AFP

Le groupe Flo, qui détient les restaurants Hippopotamus, Bistro Romain et Tablapizza a doublé ses pertes en 2016 et indique ce vendredi être toujours à la recherche d'un chevalier blanc.

Le groupe Flo dans la tourmente. Les restaurants Hippopotamus, Bistro Romain, Tablapizza sont désertés. Le chiffre d'affaires a encore reculé l'an dernier, de 8,2%, et le groupe a doublé ses pertes en 2016, à près de 14 millions d'euros.

Ce vendredi, le groupe de restauration faisait un état des lieux de sa situation financière et confirmait être toujours à la recherche d'investisseurs. Il a bien reçu des proposition d'entrée au capital ou d'acquisition de certains de ses établissements mais rien de très concret jusqu'ici. Il faut dire que les offres sont conditionnées à un accord sur la restructuration de la dette, ce qui rend l'opération plus compliquée.

Le temps presse

Le processus se poursuit, explique la direction. Mais le temps presse. Son actionnaire majoritaire lui a accordé une nouvelle ligne de crédit de 6 millions d'euros, remboursable au plus tard fin avril. Le groupe Flo, à la tête de 300 établissements dont 190 Hippopotamus, déplore une baisse de fréquentation depuis déjà plusieurs années, mais l'impact des attentats a accéléré la chute de l'activité à Paris et dans le sud. Même ses concessions à Disneyland Paris sont en recul de près de 5%, cette fois en raison de "la météo défavorable de l'été", avance la direction.

Toutes les enseignes du groupe sont touchées. La plus affectée reste Bistro Romain, dont le chiffre d'affaires s'est effondré de 36%, talonnée par Taverne de Maître Kanter, en baisse de 8,5%.

Hélène Cornet, édité par N.G.