BFM Business

La France friande de restauration rapide

La croissance de la restauration rapide est très forte.

La croissance de la restauration rapide est très forte. - Remy Gabalda - AFP

Les fast-foods représentent 25% des entreprises de restauration, selon l'Insee. Une part qui ne cesse d'augmenter.

La restauration rapide explose en France. La part de ce type de restauration n'a cessé d'augmenter depuis 2009, d'après une étude de l'Insee publiée mercredi 2 septembre. Selon les statistiques les plus récentes, le nombre d'entreprises de la restauration a progressé de 3% entre 2009 et 2012. Le secteur comprend 159.000 entreprises en 2012, hors auto-entrepreneurs et micro-entreprises, dont 93% de TPE, qui réalisent 56% du chiffre d'affaires global.

La restauration traditionnelle prédomine, avec 58% des entreprises, 67% des effectifs et 64% du chiffre d'affaires, mais la croissance a été très vive dans la restauration rapide, avec une hausse de 15% des établissements, contre 2% dans la restauration traditionnelle. La restauration rapide représente environ un quart des entreprises, du chiffre d'affaires et des effectifs du secteur. "Les restaurateurs rapides représentent une part croissante du nombre d'entreprises de la restauration (+2 points), et le constat est similaire en matière d'emploi ou de valeur ajoutée", souligne l'Insee.

Chiffre d'affaires de 48 milliards d'euros

La restauration emploie par ailleurs 439.000 salariés en équivalent temps plein et réalise un chiffre d'affaires de 48 milliards d'euros, pour une valeur ajoutée de 21 milliards d'euros. Le secteur connaît également un très fort renouvellement. Ainsi, parmi les entreprises présentes en 2012, un tiers n'existaient pas en 2009. Les entreprises employeuses comptent en moyenne 4 salariés.

Les restaurants rapides employeurs comptent le plus de salariés (4,9 en moyenne), suivis de près par les restaurants traditionnels (4,1 salariés) et, loin derrière, par les débits de boisson (2,1 salariés). Dans la restauration traditionnelle, deux tiers des salariés sont à temps plein et le salaire horaire net moyen est plus élevé (9,7 euros), tandis que seul un tiers des salariés de la restauration rapide travaillent à temps plein, pour un salaire horaire net moyen de 9,1 euros.

D. L. avec AFP