BFM Business

La France devrait être correctement approvisionnée en gaz cet hiver

Les gestionnaires de réseaux de transport de gaz ne formulent pas d'alerte particulière en ce début d'hiver gazier

Les gestionnaires de réseaux de transport de gaz ne formulent pas d'alerte particulière en ce début d'hiver gazier - Pierre Andrieu - AFP

Le système gazier devrait permettre de répondre à la demande de l'ensemble des consommateurs de gaz français, même en cas de pointe de froid exceptionnelle, estiment les deux gestionnaires du réseau de transport français, GRTgaz et Teréga.

Les Français vont pouvoir passer l'hiver au chaud. "Cette année, les gestionnaires de réseaux de transport de gaz ne formulent pas d'alerte particulière en ce début d'hiver gazier", une période qui va de début novembre à fin mars, indiquent dans un communiqué commun les deux gestionnaires du réseau de transport français, GRTgaz et Teréga.

GRTgaz (filiale à 75% d'Engie) et Teréga (ex-TIGF, dont le réseau se concentre sur le quart sud-ouest) publient chaque année leurs perspectives pour l'hiver.

Pour 2018/2019, "le système gazier devrait permettre de répondre à la demande de l'ensemble des consommateurs de gaz français, même en cas de pointe de froid exceptionnelle", notent-elles.

Réforme du système de stockage

Au 1er novembre, le niveau des volumes souscrits dans les stockages atteint ainsi 128 térawattheures (TWh), "un niveau jamais atteint depuis 2010", soulignent-elles.

Le système de stockage a été réformé cette année pour le rendre plus efficace: les opérateurs de stockage vendent maintenant des capacités aux enchères en échange d'un revenu garanti. La capacité des flux nord-sud a aussi augmenté de 42% à la suite de la création d'une zone unique (contre deux précédemment) de marché du gaz en France. Cela a nécessité près de 900 millions d'euros d'investissements pour favoriser le transit du gaz.

Pour ce qui est de l'électricité, le gestionnaire du réseau de transport RTE avait indiqué à la mi-novembre que la sécurité d'approvisionnement de la France devrait être aussi assurée cet hiver, même si une période de "vigilance" a été identifiée en janvier-février.

C.C. avec AFP