BFM Business

La Fnac dément tout plan social

La Fnac pourrait supprimer 600 postes en 2013, selon Le Parisien.

La Fnac pourrait supprimer 600 postes en 2013, selon Le Parisien. - -

La direction de la Fnac dément formellement tout plan social, "à Paris comme ailleurs". L'enseigne pourrait supprimer 600 postes dans les mois à venir, selon Le Parisien de ce lundi 17 juin.

Mise à jour le lundi 17 juin à 9h 15 avec le démenti de la direction.

La direction de la Fnac dément formellement. "Il n'y a absolument aucun plan social en préparation à la Fnac, à Paris comme ailleurs", a déclaré un porte-parole de l'enseigne.

D’après des informations du Parisien, ce lundi 17 juin, deux plans sociaux, baptisés "Phoenix" et "Mars" seraient en préparation à la Fnac. Au total, un peu moins de 600 postes seraient concernés.

La direction de la Fnac avait déjà démenti l’existence du plan "Phoenix", qui viserait des suppressions de postes dans les magasins parisiens, et notamment celui du Forum des Halles. Mais elle était restée plus floue sur la suppression de 289 postes chez les disquaires en France, le plan "Mars".

Le document officiel transmis à l’Autorité des marchés financiers, et portant sur sa future introduction en Bourse, précise qu’"afin de libérer de l’espace dans ses magasins pour ces nouveaux produits [le petit électroménager et les jeux], la Fnac a notamment prévu de réduire l’espace de ses magasins dédiés à la musique physique".

Déjà 510 suppressions de postes en 2012

La Fnac avait déjà annoncé en 2011 un plan de restructuration, "Fnac 2015", pour économiser 80 millions d’euros. En 2012, l'enseigne avait ainsi supprimé 310 postes en France et 200 à l’international. La Fnac se concentre actuellement sur des magasins en franchise, dans les villes de taille moyenne et dans les gares et aéroports, et de nouveaux secteurs, comme le petit électroménager.

Objectif: rassurer les investisseurs. Le distributeur culturel, propriété de Kering (ex-PPR), va faire son entrée en Bourse, ce jeudi 20 juin. Kering, qui souhaite se rencentrer sur le luxe, a choisi le scénario de l'entrée en Bourse faute d'acquéreur pour l'enseigne. En 2012, la Fnac avait réalisé un chiffre d’affaires de quatre milliards d’euros, une baisse de 2,5% par rapport à 2011.

A LIRE AUSSI:

>> Le patron de la Fnac à la recherche d'investisseurs

>> Comment la Fnac veut éviter le sort de Virgin

Audrey Dufour