BFM Business

La faillite de Toys "R" Us affecte Hasbro

Hasbro écoulait 9% de ses produits via Toys "R" Us.

Hasbro écoulait 9% de ses produits via Toys "R" Us. - Eric Canabis - AFP

Le fabricant de jouets américain affirme que le dépôt de bilan du géant du jouet a eu un impact négatif sur ses revenus et bénéfices. Toys "R" Us lui doit de l'argent.

Le fabricant de jouets américain Hasbro a indiqué être affecté par la récente banqueroute du distributeur Toys "R" Us. Hasbro a annoncé une hausse de 3% à 265,6 millions de dollars de son bénéfice net au troisième trimestre pour un chiffre d'affaires de 1,79 milliard (+7%). Les résultats auraient pu être bien meilleurs: "Comme conséquence du dépôt de bilan de Toys "R" Us aux États-Unis et au Canada, il y a eu un impact négatif sur nos revenus et bénéfice trimestriels", a déclaré Brian Goldner, le PDG, cité dans un communiqué.

"Nous continuons à travailler étroitement avec Toys'R'Us alors que nous approchons de la période des fêtes", a ajouté la directrice financière Deborah Thomas, prévenant toutefois que Hasbro n'anticipe plus qu'une hausse comprise entre 4 et 6% de ses ventes au quatrième trimestre. Cette prévision "prend en compte (la banqueroute) de Toys'R' Us et les perspectives économiques", a expliqué la dirigeante. Les analystes tablaient, eux, jusqu'ici sur une progression des ventes de fin d'année de l'ordre de 11,6%.

60 millions de dollars impayés

Hasbro écoulait 9% de ses produits via Toys "R" Us, numéro un mondial des magasins de jouets. Or, ce dernier ne lui a pas payé quelque 60 millions de dollars qu'il lui devait au troisième trimestre, un scénario qui pourrait se répéter pour les paiements dus lors des trois derniers mois de l'année. Au moment de sa faillite annoncée mi-septembre, Toys "R" Us devait 5 milliards de dollars à ses créanciers.

Le groupe s'est placé sous la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, qui lui permet de continuer à fonctionner normalement et de se restructurer sans avoir à rembourser ses dettes.

D. L. avec AFP