BFM Business

L'Autorité de la concurrence soupçonne des ententes dans le secteur des vins et spiritueux

Une entente dans le secteur des vins?

Une entente dans le secteur des vins? - JEFF PACHOUD © 2019 AFP

Les groupes Marie Brizard, Compagnie financière européenne de prises de participation (Cofepp) et Copagef (Castel) sont visés par une enquête pour entente, rapportent Les Echos.

Y-a-t-il eu une entente sur les prix des vins et spiritueux? C'est ce que cherche à savoir l'Autorité de la concurrence. En 2019, le géant du secteur Marie Brizard avait préféré prendre les devants en annonçant faire l'objet d'une enquête. Au final, c'est un cartel autour des vins et spiritueux que l'Autorité de la concurrence soupçonne, selon un article des Echos publié ce lundi.

Outre Marie Brizard, le groupe Copagef, maison-mère de Castel - géant du vin qui possède Baron de Lestac, Roche Mazet ou Vieux Papes – est aussi dans le viseur. Les deux groupes se sont récemment liés: en 2015, Copagef monte à 20% du capital de son rival et obtient un siège à son conseil d'administration. Cette présence aurait ainsi pu permettre une entente sur les prix des boissons aromatiséees au vin, de 2015 à 2017, alors que les deux groupes proposent des produits similaires.

Marie Brizard retrouve des couleurs

Mais le groupe Marie Brizard se serait aussi entendu avec un autre groupe, la Compagnie financière européenne de prises de participation (Cofepp) qui possède des spiritueux comme le pastis Duval, le rhum Old Nick ou encore le porto Porto Cruz. En l'occurrence, les soupçons pèsent sur une "répartition de marchés" du whisky et du rhum avant 2019, date à laquelle la Cofepp a finalement pris le contrôle de Marie Brizard. Toujours selon Les Echos, l'Autorité de la concurrence cherche aussi à savoir si cette acquisition n'était pas prévue de longue date et s'était finalement réalisée sans son consentement.

Marie Brizard peine à sortir du rouge depuis plusieurs années mais a finalement réalisé une année 2020 encourageante en limitant ses pertes. Coté, le groupe a perdu près de 93% de sa valeur en 5 ans mais a retrouvé des couleurs depuis la fin d'année dernière.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business