BFM Business

Jérôme Cahuzac ne lâche (presque) rien face aux buralistes

Jérôme Cahuzac s'est montré ferme face aux buralistes en colère.

Jérôme Cahuzac s'est montré ferme face aux buralistes en colère. - -

Jérôme Cahuzac s'est présenté sous les huées des buralistes ce jeudi 25 octobre. Il a réaffirmé qu'il n'y aurait "pas de rupture" dans la lutte contre le tabagisme.

Jérôme Cahuzac a sûrement connu des déplacements plus agréables. Ce dernier a, en effet, essuyé les huées des buralistes réunis en congrès national. Fidèle à lui-même, le ministre du Budget est néanmoins resté ferme. Il a réaffirmé que "la lutte contre le tabagisme [était] une politique constante depuis 25 ans" et "il n'y aura[it] pas de rupture".

Face aux participants résolument hostiles, le ministre en a même remis une couche, admettant que les prix de certains produits du tabac augmenteraient au 1er janvier 2013. Cette hausse fait suite à un amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale, qui revoit la structure des taxes sur le tabac sans augmenter leur niveau global.

Cet amendement sera soutenu par le gouvernement, a-t-il insisté, alors que les prix du tabac ont augmenté au 1er octobre et qu'une autre hausse est prévue en juillet 2013.

Une enveloppe de 24 millions d'euros

En revanche, l’ex-président de la commission des finances s’est dit opposé aux paquets de cigarettes neutres. "Je suis pour qu'en Europe cette politique s'harmonise, se généralise, avant d'envisager un paquet neutre", a-t-il déclaré, évoquant les avertissements sanitaires sur les paquets. "Je doute (qu'un paquet neutre) soit opportun en Europe et en France", a-t-il ajouté.

Par ailleurs, pour tenter de satisfaire les buralistes, qui se plaignent notamment de la hausse de la contrebande et des ventes de tabac à des Français dans les pays frontaliers, Jérôme Cahuzac a promis de lutter plus efficacement contre les trafics. Il a également assuré que la commission que perçoivent buralistes et distributeurs de presse sur les ventes de jeux de hasard sera augmentée, "en échange d'engagements responsables".

En outre, le ministre s'est engagé sur une enveloppe de 24 millions d'euros, déjà jugée très insuffisante par les buralistes présents.

Yann Duvert