BFM Business

Huile de palme: 5 produits ciblés par une nouvelle enquête de l'ONG Foodwatch

Alors que sept consommateurs sur dix veulent des aliments sans huile de palme, d’après une étude Kantar réalisée en 2018, l’ONG Foodwatch publie ce mercredi une nouvelle enquête accompagnée d’une pétition intitulée "huile de palme, non merci !"

Krisprolls, LU, Herta, Lindt et Knorr, autant de marques qui sont désormais dans le viseur de Foodwatch. L’ONG leur reproche d’abuser de la confiance des consommateurs en leur faisant croire qu’ils achètent des produits fabriqués selon la tradition, alors qu’ils contiennent en réalité de l’huile de palme. C’est par exemple le cas des pains suédois Krisprolls (Pagen), des biscottes LU Pelletier (Mondelez), de la soupe forestière Knorr (Unilever), de chocolats Lindt (Lindt & Sprüngli), de la pâte feuilletée Trésor de grand-mère Herta (Nestlé).

"Les fabricants masquent la présence d’huile de palme en détournant l’attention avec des astuces marketing censées nous inspirer confiance: de beaux épis de blé, la mention de la tradition en grand ou d’une recette digne de nos grands-mères... Mais ce sont là des arnaques sur l’étiquette, d’autant plus inacceptables que l’huile de palme est très controversée pour son impact sur l’environnement, les droits sociaux et la santé", dénonce Camille Dorioz, responsable des campagnes chez Foodwatch.

La France a doublé ses importations d’huile de palme entre 2007 et 2017. Il faut dire qu’elle coûte 30% moins chère que les autres huiles végétales. La présence de l’huile de palme dans les produits alimentaires doit obligatoirement être mentionnée sur la liste des ingrédients depuis décembre 2014. "Mais les industriels débordent d’inventivité pour éviter qu’en supermarché l’on soit tenté de retourner l’emballage afin de lire les tout petits caractères", continue Camille Dorioz.

Une pétition et un site internet pour signaler les "arnaques"

Pour protester contre ces méthodes, l’ONG met en ligne ce mercredi une pétition intitulée "Huile de palme, non merci !". Une pétition adressée notamment aux principaux responsables des industriels visés, leur demandant soit de supprimer le marketing susceptible de masquer la présence d’huile de palme afin que de ne plus induire en erreur les consommateurs, soit de supprimer l’huile de palme. 

En plus d’interpeller les marques sur leurs pratiques abusives, l’ONG a décidé de lancer un nouveau site internet, "Foodwatchers.fr", via lequel les consommateurs sont invités à signaler directement ce qu’ils considèrent comme des arnaques. "De plus en plus de consommateurs nous font remonter des arnaques donc c’est un site dédié à leurs alertes", explique Ingrid Kragl, directrice de l’information de Foodwatch. 

Marie Dupin (RMC)