BFM Business

"Hello Barbie" encore plus bavarde: poupée de la dernière chance pour Mattel?

Hello Barbie a des phrases en plus.

Hello Barbie a des phrases en plus. - YouTube

Pour Noël, Mattel a décidé d'étoffer le nombre de répliques de sa poupée parlante "Hello Barbie". Le fabricant de jouets espère séduire une gamme plus large d'enfants. Et ainsi relancer ses ventes.

Elle a beau avoir 56 ans, elle n'a pas pris une ride. Pourtant Barbie semble de moins en moins dans le coup. Ses ventes baissent depuis trois ans et ont encore reculé de 16% au premier semestre 2015. Elles devraient tomber sous le milliard de dollars cette année, une première depuis longtemps.

C'est pourquoi Mattel mise beaucoup sur la version connectée de sa poupée mythique, pour rebooster ses ventes. Dévoilée en mars, Hello Barbie utilise un système de reconnaissance vocale type Siri développé par ToyTalk pour écouter l'enfant et lui répondre de la façon la plus cohérente possible.

Pour Noël, le fabricant américain a même décidé d'étoffer le nombre de répliques que peut donner cette poupée high tech connectée à internet via Wifi ou Bluetooth afin de pouvoir échanger avec l'enfant. Hello Barbie, qui est dotée d'un microphone et d'un haut-parleur, sera programmée avec 8.000 phrases de dialogue, indique à l'AFP une porte-parole de Mattel. La cible passe ainsi des 3-6 ans aux 3-9 ans.

Mise en place d'un numéro vert

Elle devrait également écouter tout le monde au domicile et répondre grâce à des phrases pré-enregistrées ou téléchargées. Hello Barbie devrait en outre pouvoir jouer à une vingtaine de jeux interactifs, selon la porte-parole, raconter des histoires et des blagues. La poupée pourra retenir des éléments de conversation pour en reparler plus tard: si un enfant lui parle par exemple d'une passion pour la danse, cette information sera enregistrée dans la mémoire du jouet. Cette poupée, personnalisable en fonction des intérêts et des goûts de son propriétaire, est censée renforcer la relation avec l'enfant.

Elle devrait être commercialisée à partir de novembre à un prix avoisinant les 75 dollars (67 euros) et est considérée comme le produit de reconquête de Mattel face à l'ascension de son concurrent Hasbro.

Mattel doit composer avec les associations de parents américaines craignant que le groupe utilise à des fins commerciales des informations livrées par leurs enfants à Hello Barbie. ToyTalk, qui a été fondé par des anciens des studios de cinéma Pixar, a promis qu'il n'utilisera pas les informations recueillies pour vendre des films ou de la musique aux enfants.

Mattel propose par ailleurs aux parents de télécharger une application sur la plateforme de ToyTalk afin de contrôler les conversations de leur progéniture. Un numéro vert leur sera aussi communiqué ultérieurement pour signaler tout langage jugé inapproprié, promet Mattel.

D. L. avec AFP