BFM Business
Conso

Face au gaspillage, faut-il supprimer les dates de péremption ?

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, des supermarchés britanniques suppriment les dates de péremption de certains produits.

Dans les supermarchés britanniques, certains produits n'afficheront plus de date de péremption… pour lutter contre le gaspillage alimentaire. La chaîne de supermarchés Waitrose a annoncé lundi qu'elle allait retirer la mention "best before", l'équivalent de "à consommer de préférence avant le" en français, sur près de 500 produits frais, notamment des fruits et légumes sous emballage. L'objectif est d'éviter que les consommateurs ne jettent à la poubelle des produits encore bons.

L'enseigne appelle ses clients à faire tout simplement preuve de jugement et de bon sens avant de consommer le produit - outre-Manche, les ménages britanniques se débarrasseraient de 4,5 millions de tonnes d'aliments encore comestibles chaque année.

La mention "best before", qui correspond dans la réglementation française à la date de durabilité minimale, est une date purement indicative et liée essentiellement à la qualité gustative ou à l'apparence, mais sans danger pour la santé si on la dépasse. En revanche, la mention "use by" (consommer avant), qui figure sur des produits périssables, est une mention impérative et son non-respect présente des risques pour la santé, correspondant à la date limite de consommation en France.

Tesco, Marks and Spencer, Morrisons...

Waitrose emboîte le pas à d'autres supermarchés britanniques, comme Tesco, qui avait supprimé les dates de consommation recommandée sur une centaine de produits dès 2018, ou plus récemment Marks and Spencer qui avait fait de même sur 300 références.. Morrisons avait annoncé en janvier la suppression de la date limite de consommation sur 90% de son lait de marque distributeur, encourageant ses clients à sentir le contenu de la bouteille pour savoir s'il est toujours bon.

Les distributeurs français commencent aussi à s'emparer du sujet, mais un peu plus timidement. Carrefour, par exemple, a rallongé de 5 à 10 jours la date sur certains produits comme les yaourts, tandis que le sel, l'huile et le vinaigre vendu sous sa marque n'affichent plus de date de péremption. En moyenne, en France, ce sont 29 kilos par personne et par an qui sont jetés. La Commission européenne estimait en 2011 que la mauvaise compréhension des dates contribuerait à 20% du gaspillage alimentaire.

Hélène Cornet, Claire Sergent et Jérémy Bruno avec AFP