BFM Eco

Électricité, taxis, livret A, péages, EuroMillions: ce qui change au 1er février

Baisse du taux du Livret A et du Livret LDDS, hausse des tarifs réglementés de l’électricité mais baisse du prix du gaz, hausse des tarifs des taxis et des péages autoroutiers tandis qu'augmente le jackpot de l'EuroMillions… Voici ce qui change à compter de ce samedi 1er février.

Une série de hausses tarifaires de plusieurs services utilisés au quotidien (électricité, taxis, péage) entrent en vigueur à partir de ce samedi 1er février. Les épargnants sont également impactés par la baisse de la rémunération des deux livrets d'épargne que sont le Livret A et le Livret de développement durable et solidaire (LDDS). Enfin, le 1er février marque aussi la fin de l’Union européenne à 28 membres, avec le départ du Royaume-Uni. Les conséquences du Brexit au quotidien resteront cependant, pour l'instant, très limitées pour les citoyens français. Revue de détail des évolutions marquantes intervenant en ce début de mois.

  • Électricité: + 2,4% pour les tarifs réglementés

Les tarifs réglementés de l'électricité augmentent de 2,4% pour les particuliers et les petits professionnels, pour les tarifs bleus résidentiels ainsi que pour les tarifs bleus applicables aux consommateurs professionnels éligibles. Cette hausse représente 21 euros par an en moyenne sur la facture d'un consommateur résidentiel. La hausse des tarifs de l'électricité reflète notamment "l'augmentation du coût de l'approvisionnement" sur les marchés, mais aussi "la prise en compte du rattrapage sur deux ans de l'écart entre coûts et tarifs au cours de l'exercice 2019", selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

  • EuroMillions: le jackpot passe à 200 millions d'euros

Le nouveau jackpot maximum de la super-loterie européenne est fixé à 200 millions d’euros, contre 190 millions d’euros. Il pourra être remis en jeu durant quatre tirages consécutifs, avant d’être forcément remporté ou partagé au rang inférieur gagnant. Autre nouveauté: il y aura désormais trois Méga Jackpots de 130 millions chacun garantis par an, contre deux jusqu'ici. Dans la foulée, un premier Méga Jackpot de 130 millions d’euros minimum aura lieu le vendredi 7 février, précise la Française des jeux. L'EuroMillions concerne la France, le Royaume-Uni, l'Espagne, le Portugal, la Belgique, l'Irlande, l'Autriche, la Suisse et le Luxembourg.

  • Taxis: +2% maximum pour la course type

Les courses des chauffeurs de taxis vont également coûter plus cher. Les nouveaux tarifs ont été publiés dans le Journal officiel du 29 décembre 2019. Il ne s'agit pas de tarifs imposés, mais de prix maximum. La variation d'une course type varie au plus de +2%. Dans le détail, les tarifs sont plafonnés pour les composantes d'une course type à 4,18 euros pour la prise en charge, 1,12 euros pour celui du kilomètre parcouru et 37,46 euros pour le prix maximum horaire.

Le tarif minimum d'une course passe de 7,1 à 7,30 euros pour tous les taxis (parisiens et non parisiens). Les tarifs forfaitaires pour les courses directes des taxis parisiens entre Paris et les aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et d'Orly (dans les deux sens) augmentent également de façon sensible: 53 euros entre Paris-Charles-de-Gaulle et Paris rive droite; 58 euros entre Paris-Charles-de-Gaulle et Paris rive gauche; 37 euros entre Orly et Paris rive droite ; 32 euros entre Orly et Paris rive gauche.

  • Livret A et LDDS: le taux est abaissé à 0,5%

Le taux de rémunération du livret A et du livret de développement durable et solidaire (LDDS) passe de 0,75% à 0,5%, son niveau plancher, comme le prévoit la nouvelle formule de calcul du taux. Obtenu à partir de la moyenne des taux d'intérêt monétaire à court terme et de celle de l'inflation sur les six derniers mois, le taux du livret A aboutit selon cette seule méthode à 0,23%. Mais la nouvelle formule prévoit aussi un niveau plancher fixé à 0,5%. Au total, près de 411 milliards d'euros étaient placés à fin décembre sur ces deux livrets réunis, dont environ 300 milliards pour le seul Livret A.

  • Gaz: baisse de 3,3% des tarifs réglementés

Les tarifs réglementés de vente du gaz, appliqués à environ quatre millions de foyers français, baissent de 3,3%. Par rapport au barème en vigueur depuis le 1er janvier 2020, ces tarifs baisseront de 0,9% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 2% pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 3,5% pour les foyers qui se chauffent au gaz. Cette évolution résulte de l'application d'une formule tarifaire définie mi-2019. Au total, depuis le 1er janvier 2019, ces tarifs réglementés de vente (TRV) de gaz ont connu une baisse cumulée de 14,7%.

  • Autoroutes: hausse des péages de 0,85 à 1,59%

Comme chaque année les tarifs des péages du réseau autoroutier évoluent au 1er février. Cette hausse variable (selon les sociétés d'autoroute) se situe entre 0,85% et 1,59%, d'après les chiffres divulgués en novembre 2019 par Jean-Baptiste Djebbari, le secrétaire d'État aux Transports. Les contrats de concession signés entre l’État et les sociétés d'autoroute leur permettent en effet d’augmenter chaque année leurs tarifs au minimum de 70% de l’inflation de l’année passée, offrant à celles-ci le droit d’augmenter leurs tarifs chaque année entre 2019 et 2023, en échange d’un gel des tarifs en 2015.

  • Borne de recharge électrique: hausse chez Ionity

L'opérateur Ionity, qui exploite un réseau actuel de 40 bornes de recharge de batteries pour voiture électrique sur des aires d'autoroute en France, indique que depuis le 31 janvier, sa tarification a augmenté, abandonnant le principe du forfait de 8 euros pour passer au prix de 0,79 euros par kWh (kilowattheure). Cette hausse s'applique aux voitures électriques en circulation sauf à celles des marques allemandes BMW, Audi, Porsche et Volkswagen.

  • Brexit: l'UE passe de 28 à 27 pays membres

Après 47 ans de relation commune, le Royaume-Uni et l'Europe ont acté leur divorce, le Brexit étant effectif depuis le samedi 1er février à minuit. C'est la première fois qu'un pays membre (66 millions d'habitants) quitte l'Union européenne (UE). Les conséquences du Brexit sont surtout politiques dans l'immédiat. Les ministres britanniques ne participent plus aux réunions ministérielles de l'UE et les 73 eurodéputés britanniques élus en mai 2019 ne siègent plus au Parlement européen, 46 sièges étant "gelés" pour accueillir de nouveaux pays membres et 27 autres étant répartis entre les membres de l'UE. Mais, les effets de ce tremblement de terre politique et économique sont encore très limités pour les citoyens français, la liberté de circulation entre le Royaume-Uni et l'UE continuant notamment de s’appliquer jusqu’à fin décembre 2020.

Frédéric Bergé