BFM Business

Dijon et Angers parient sur la ville "intelligente" pour mieux gérer les deniers publics

Grâce à une modélisation numérique en 3D de la ville d’Angers, un "jumeau numérique" servira d’outil d’aide à la décision pour gérer le territoire de la métropole 24H/24 7J/7 depuis un centre de supervision.

Grâce à une modélisation numérique en 3D de la ville d’Angers, un "jumeau numérique" servira d’outil d’aide à la décision pour gérer le territoire de la métropole 24H/24 7J/7 depuis un centre de supervision. - Angers Loire Métropole

Angers va s'équiper en capteurs et installer un outil informatique centralisant les données ainsi recueillies pour mieux gérer l'arrosage public et réduire de 66% le coût de l'éclairage urbain. C'est l'un des grands projets de ville intelligente et connectée en France, avec celui de Dijon.

Réduire des deux tiers la facture de l'éclairage public en 2025: tel est l'un des objectifs assignés par la communauté urbaine d'Angers Loire Métropole (294.000 habitants en 2016) à Engie. L'énergéticien a été choisi comme chef de file d'un groupement dans le cadre d'un projet de ville "intelligente" et connectée. L'agglomération en attend 101 millions d'euros d'économies cumulées sur la durée d'amortissement du projet, avec des pénalités à la clef.

Ce marché public, évalué à 178 millions d’euros (dont une tranche ferme de 121 millions d'euros) sur 12 ans, doit permettre à l’agglomération angevine de mieux gérer les deniers publics en rendant ses actions plus efficaces. Comment? En s'équipant de nouveaux capteurs, notamment de présence sur les nouveaux candélabres sur la voirie. Leurs données ainsi captées seront collectées par un outil informatique de gestion centralisée pour faciliter les prises de décision. Cet outil informatique sera relié à un “jumeau numérique” -ou maquette 3D- du territoire d'Angers Loire Métropole.

Réduire le coût de l'éclairage de 2,7 à 1,1 million d'euros

Le principal poste d'économies visé concerne l'éclairage public. Le ville va moderniser 30.000 points lumineux avec des ampoules LED et remplacer 10.000 mâts. En complément, plus de 1300 armoires électriques de rues seront rénovées pour être télégérées ce qui permettra d'agir sur le réseau électrique à distance.

Près de 3600 capteurs de présence seront installés dans une première étape pour adapter l’éclairage à la fréquentation urbaine. Les lampadaires pourront ainsi s'éteindre sur certaines zones la nuit en l'absence de toute circulation automobile ou piétonnière détectée. Grâce à ces installations, Angers veut faire passer la facture annuelle d'électricité de 2,7 millions d'euros à 1 million d'euros pour les 29 communes de l'agglomération.

Grâce au poste de commandement centralisé, inauguré en avril 2019, la métropole de Dijon veut rendre plus efficaces les interventions des agents de la collectivité sur la voirie.
Grâce au poste de commandement centralisé, inauguré en avril 2019, la métropole de Dijon veut rendre plus efficaces les interventions des agents de la collectivité sur la voirie. © Dijon Métropole

Un système de vidéoprotection contrôlera 30 sites de dépôts sauvages pour sanctionner les indélicats et surveillera l’entrée des sept déchetteries de la communauté urbaine. Les caméras pourront lire les plaques d'immatriculation des véhicules, permettant de dresser une contravention en cas de dépôt des déchets à côté des conteneurs autorisés ou aux abords des déchetteries. Plus de 400 objets connectés seront aussi installés pour contrôler et réduire de 30 % la consommation d’eau de l’arrosage public.

Le projet angevin est l'un des principaux projets de ville "intelligente" menés en France, avec celui de la métropole Dijon (et ses 105 millions d'euros d'investissement), comparable dans ses moyens techniques et ses objectifs.

Lancé en 2017 à la suite d'un marché public passé avec Bouygues Energies & Services et Citelum (filiale d'EDF), avec Suez et Capgemini, ce chantier, prévu sur 12 ans, a vu l'achèvement cet année d'un élément clé: le poste de commandement central inauguré dans un bâtiment de la capitale de la Bourgogne pour superviser à distance l'équipement public sur la voirie.

Les feux de circulation à Dijon sont contrôlés à distance

Ce centre de supervision contrôle l'espace public et des équipements connectés des 24 communes composant l'agglomération -feux de circulation, éclairage, vidéo-protection, services de voirie- a été mis en service en avril 2019. Les agents de la collectivité, postés devant leurs écrans, peuvent par exemple déclencher l’abaissement d’une borne escamotable pour laisser passer un véhicule de service ou de secours.

Outre l'enjeu lié à la bonne gestion financière des deniers publics, ces projets de ville "intelligente" et connectée, visent aussi à rendre les services municipaux plus réactifs aux signalements de dysfonctionnements constatés par les administrés. Un bon thème de campagne électoral à quelques mois des prochaines élections municipales.

Frédéric Bergé