BFM Business

Déserts médicaux: la région Centre-Val de Loire va salarier 150 médecins

La région Centre Val-de-Loire a décidé de salarier 150 médecins dans des "centres de santé" d'ici 2025.

La région Centre Val-de-Loire a décidé de salarier 150 médecins dans des "centres de santé" d'ici 2025. - François Nascimbeni-AFP

La région a prévu d'embaucher 150 médecins d'ici 2025, dans des centres de santé quadrillant son territoire. Il en coûtera en fonctionnement 18 millions d'euros l'an, charges comprises, la région récupérant par ailleurs le montant des consultations auprès de la Sécurité sociale.

Pour combattre la pénurie grandissante de médecins sur certaines zones de son territoire, la région Centre-Val de Loire a décidé de prendre le taureau par les cornes. Elle sera la première collectivité de cette envergure à embaucher ces professionnels de santé qui seront salariés comme l'ont déjà fait, à leur échelle, des départements comme la Saône-et-Loire. Les médecins seront payés en fonction des grilles de la fonction publique territoriale.

"L’accès au soin est une grande cause régionale. Il nous faut des solutions qui n’ont jamais été explorées. Nous avons la volonté de faire bouger les lignes" a expliqué François Bonneau président du conseil régional. L'élu présentait symboliquement le dispositif destiné à combattre la désertification médicale, dans un amphithéâtre de la faculté de médecine de Tours (Indre-et-Loire).

La région qu'il dirige a prévu de salarier 150 médecins. La mesure sera progressive, à hauteur de 30 postes créés chaque année jusqu'en 2025. Ils seront tous employés dans une trentaine de centres de santé répartis sur le territoire et qu'il reste à cofinancer avec l'État. "Le salariat est une réponse financière sécurisante pour les médecins alors qu'un généraliste sur quatre inscrit au tableau de l'ordre n'exerce pas en libéral" a commenté Marc Gricourt, vice-président du conseil régional.

Le coût de fonctionnement de cette mesure est évalué à 18 millions d'euros l'an (pour 150 médecins en 2025), charges sociales comprises, pour la région. Ces dépenses seront en partie compensées par la récupération du remboursement des consultations versées par la Sécurité sociale, "sur la base de 25 consultations journalières par médecin en moyenne" estime l'exécutif de la collectivité.

Pour attirer les médecins, la région a aussi prévu de constituer des "pactes d'accueil" avec les collectivités locales qui accueilleront les futurs médecins salariés et leur famille, sous forme d'aide à la recherche d'emploi pour le conjoint et de dispositifs de garde pour les enfants.

Les futurs centres de santé hébergeant les médecins salariés par le conseil régional compléteront le maillage constitué par les maisons de santé pluridisciplinaire qu'a cofinancé la région Centre-Val de Loire. Au nombre d'un centaine actuellement (existantes et en projet), celles-ci regroupent dans un lieu unique des médecins libéraux et/ou plusieurs professions paramédicales. Celles-ci sont financées majoritairement par les communes et les intercommunalités.

Frédéric Bergé