BFM Business

Covid-19: Amazon mis en demeure de protéger les salariés d'un de ses entrepôts dans le Nord

La Dirrecte met notamment en demeure Amazon de "mettre en place les mesures de distanciation" afin que les salariés se trouvent à plus d'un mètre et ne soient pas "en contact rapproché"

La Dirrecte met notamment en demeure Amazon de "mettre en place les mesures de distanciation" afin que les salariés se trouvent à plus d'un mètre et ne soient pas "en contact rapproché" - Thomas SAMSON / AFP

Amazon a été mis en demeure de prendre des mesures pour protéger ses salariés de l'entrepôt de Lauwin-Planque (Nord), selon un courrier de la Dirrecte des Hauts-de-France qui fait état d'"une situation dangereuse" sur ce site.

Amazon a été mis en demeure de prendre des mesures, notamment de lavage de mains régulier, pour protéger ses salariés du Covid 19 après une enquête sur le site de Lauwin-Planque (Nord), selon un courrier de la Dirrecte des Hauts-de-France, dont l'AFP a eu copie. 

Le géant américain du commerce en ligne a annoncé vendredi qu'il allait mettre en place des masques et des contrôles de température pour ses 13.000 salariés français, assurant "aller plus loin" que ce que demande le gouvernement.

Dans une mise en demeure datée du 3 avril, la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Dirrecte) fait état d'"une situation dangereuse" sur le site de Lauwin-Planque, après une enquête menée par une inspectrice du travail. L'entreprise n'a pas mis en place de mesures "appropriées" afin de "préserver la santé de ses salariés", comme la loi l'y oblige, selon ce document. 

"Procéder à un lavage régulier des mains"

Ce courrier liste une série de manquements : "absence de mesures d'organisation permettant de garantir le respect de règles de distanciation lors de la prise de poste, au niveau de la badgeuse", impossibilité de respecter les mesures barrières au "local de restauration", lors "de la manipulation des armoires-vestiaires", et sur "les lignes de production, en raison de l'absence de la désinfection régulière des postes de travail". Il relève aussi l'absence de mesures permettant "de procéder à un lavage régulier des mains". 

Cette enquête est intervenue à la suite d'un droit d'alerte déclenché par les élus du conseil économique et social (CSE) d'Amazon le 17 mars dernier, selon ce courrier. Sur ce site, des dizaines de salariés ont exercé leur droit de retrait, estimant se trouver devant un danger grave et imminent.

La CGT a déposé plainte au pénal

La Dirrecte met notamment en demeure Amazon de "mettre en place les mesures de distanciation" afin que les salariés se trouvent à plus d'un mètre et ne soient pas "en contact rapproché" et qu'ils puissent "se laver régulièrement les mains". Elle exige aussi "des mesures de nettoyage et de désinfection des locaux de travail et des locaux sanitaires".

"On applique depuis le début toutes les recommandations faites par le gouvernement de façon très stricte et de façon progressive à mesure que celles-ci apparaissent", avait assuré le directeur général d'Amazon France sur RTL vendredi matin. 

Mardi, la CGT a déposé plainte au pénal contre Amazon pour mise en danger de la vie d'autrui.

P.S. avec AFP