BFM Business

Comment Le Bon Coin veut lutter contre la désertification des centres-villes

La plateforme numérique a lancé un partenariat avec une dizaine de villes moyennes pour relancer l'activité des commerces de proximité.

La puissance du Bon Coin au secours des centres-villes? C'est l'objectif de la plus célèbre plateforme d'échanges qui entend revitaliser les territoires. "Notre plateforme, elle touche 28 millions de Français. Elle touche tous les profils de la population mais force est de constater que, dans les territoires (…) il y a une espèce de désertification qui est en train de se produire" explique son directeur général Antoine Jouteau, sur le plateau d'Inside, ce mardi. "Et dans ces territoires, on pense qu'une plateforme numérique comme Le Bon Coin peut intervenir, échanger et réinstaller des commerces."

Pourtant, le numérique "est parfois stigmatisé, diabolisé" et surtout accusé de détruire des emplois, rappelle le patron. "Nous, on pense que d'autres plateformes ne font pas ça et donc on a commencé à réfléchir sur des programmes différents" poursuit-il. "On a monté un programme sur une dizaine de villes dont le principe est de proposer à des entrepreneurs (…) de se réinstaller en centre-ville" en organisant un "hackathon" (un concours, ndlr) avec à la clé, des mois de loyer offerts mais aussi de la visibilité sur Le Bon Coin.

"Tous les commerces qui se montent aujourd'hui ont besoin de visibilité et il n'y a pas beaucoup de plateformes qui portent à la fois des discours économiques, sociaux, mais aussi de la puissance" en matière de d'audiences, explique Antoine Jouteau. Le Bon Coin, c'est 25 milliards d'échanges par an. 

Le groupe ne veut pas "opposer un monde numérique de grande villes" et "le reste" de la France, insiste son DG. "Au contraire, le numérique doit fluidifier ces échanges. "