BFM Business

Comment l'aquitain Ceva est devenu le 6e laboratoire vétérinaire mondial

Non coté en Bourse, Ceva a affiché en 2016 un chiffre d'affaires de 912 millions d'euros, en croissance de 10% à périmètre et taux de change constants.

Non coté en Bourse, Ceva a affiché en 2016 un chiffre d'affaires de 912 millions d'euros, en croissance de 10% à périmètre et taux de change constants. - Ceva

Le laboratoire de produits vétérinaires Ceva, désormais 6ème mondial du secteur, a crû de 10% en 2016, en continuant de mêler croissance organique et externe. En 2017, il prévoit 90 millions d'euros d'investissement dans ses outils industriels et de nouvelles acquisitions.

Le groupe français de produits vétérinaires Ceva, dont le siège est à Libourne (Gironde), est devenu 6ème acteur mondial dans la santé animale. En mêlant habilement croissance organique et externe, cette ex-filiale de Sanofi-Aventis, devenue indépendante en 1999, s'est hissée en 17 ans, juste derrière les géants mondiaux que sont Zoétis (ex-Pfizer), MSD Santé Animale (Merck & Co), Merial (Boehringer Ingelheim), Elanco (Lilly) et la division Santé animale de Bayer.

Non coté en Bourse, Ceva a affiché l'an dernier un chiffre d'affaires de 912 millions d'euros, en croissance de 10% à périmètre et taux de change constants. Cette hausse lui a permis de dépasser en taille, son grand rival français, Virbac, qui a affiché l'an passé un chiffre d'affaires annuel de 871,9 millions d'euros, en augmentation de 2,3%.

Ceva réalise 90% de son chiffre d'affaires à l'international et compte pour principales spécialités, le marché aviaire (40% des ventes totales) et les animaux de compagnie (30%). La part réalisée à l'international par le laboratoire vétérinaire devrait s'accroître à l'avenir en raison de la politique active de Ceva de croissance externe à l'étranger.

Ceva a acquis en 2016 des sociétés en Inde et au Brésil

Fin 2016, deux sociétés biopharmaceutiques vétérinaires brésiliennes sont tombées dans son escarcelle: Hertape et Innova. Ces deux sociétés hissent le groupe vétérinaire français à la 5e place du marché brésilien avec un chiffre d’affaires d'environ 100 millions d'euros (2015). Il avait aussi acquis, quelques mois auparavant, le laboratoire indien Polchem, spécialisé dans les secteurs aviaire et laitier. 

En ce début 2017, il vient de récupérer certains actifs incluant des vaccins porcins et bovins, de Merial, division de santé animale de Sanofi cédée à l'allemand Boehringer Ingelheim, qui a dû se délester de certains produits pour satisfaire l'Autorité européenne de la concurrence.

Lire la suite sur plusgrandplusfort.fr (édité par BFMBusiness)

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco