BFM Business

Comment Burger King veut étoffer ses effectifs en France

Burger King est revenu en France en 2013

Burger King est revenu en France en 2013 - Thomas Samson - AFP

Le géant américain du fast-food prévoit de recruter 4.000 personnes en CDI pour 2015. Plutôt que de se baser sur leur CV, le groupe va mettre les candidats en situation.

Burger King veut se donner les moyens de ses ambitions. Le groupe, né en 1954 à Miami, est revenu en France en 2013, ouvrant ses magasins au compte-goutte.

L'entreprise vise néanmoins ni plus ni moins que 20% de part de marché dans la restauration rapide d'ici à 10 ans. Pour s'armer correctement face aux enseignes déjà bien implantées sur le sol français, comme Quick ou McDonald's, l'entreprise va donc multiplier ses points de ventes dans l'Hexagone.

Clermont-Ferrand, Strasbourg, Toulouse sont autant de villes où le groupe américain va ou devrait ouvrir en France cette année, le groupe cultivant toujours le mystère sur le nombre (et les emplacements exacts) de ses ouvertures. 400 restaurants doivent, à terme, voir le jour d'ici à 10 ans.

Ce qui explique que l'enseigne va faire face à d'importants besoins en recrutements. Burger King prévoit tout simplement d'embaucher pas moins de 4.000 personnes en CDI, selon Le Parisien de ce lundi 9 mars. Les employés (ou plutôt "équipiers") ainsi sélectionnés se verront proposer un contrat de travail de 24 heures par semaine.

Des tests de compétence plutôt que le CV

Au-delà du nombre d'embauches, la méthode se veut également particulière. Plutôt que de se fier à quelques lignes du CV, le groupe américain table davantage sur la mise en situation. Ainsi, les candidats devront passer des tests de compétence.

"On montre d'abord une vidéo pour imaginer l'ambiance d'un restaurant, puis les candidats font des exercices, comme vérifier la date limite d'utilisation optimale d'un produit ou gérer un échange compliqué avec un client mécontent", explique au Parisien Caroline Doguet, directrice des ressources humaines de Burger King.

Cette méthode serait également appliquée par McDonald's, entreprise qui revendique 15.000 créations d'emplois en cinq ans, selon le quotidien francilien. A l'image de son rival, Burger King veut se déclarer comme "un des plus gros recruteurs en France".

Un autre atout que le groupe veut pouvoir mettre en avant pour séduire le marché hexagonal. Une autre corde à son arc est la francisation de ses produits. "Comme on a à cœur de répondre aux exigences des Français, on a souhaité dès à présent travailler sur des origines françaises. Nos restaurants vont ainsi ouvrir avec un poulet 100% français", affirmait le 21 mars dernier à BFM Business Jocelyn Olive, le directeur général France de Burger King.

J.M.