BFM Business

Comment Beaumanoir compte redresser La Halle

Invité de BFM Business, Jérôme Driano, directeur général du spécialiste de l'habillement, met notamment en avant les synergies technologiques et logistiques pour faire de La Halle un groupe plus omnicanal.

Beaumanoir, propriétaire de Morgan, a été choisi par le tribunal de commerce de Paris pour reprendre la quasi-totalité de l'activité mode de l'enseigne de chaussures et de vêtements la Halle (groupe Vivarte), en redressement judiciaire.

Son offre permet de conserver 2.520 emplois en France, 366 magasins et l'activité de l'entrepôt logistique de Montierchaume dans l'Indre.

Beaumanoir, qui possède également les marques Cache Cache, Bonobo et Bréal, compte 11.000 salariés et réalise 1,2 milliard d'euros de chiffre d'affaires. Mais quelle est sa stratégie pour la Halle?

Logistique et numérique

L'idée n'est pas de modifier son positionnement (mode familiale à petit prix), ni de faire disparaître la marque. Mais de l'appuyer sur la très efficace plate-forme logistique et de gestion des stocks de Beaumanoir pour optimiser les processus.

"On va effectivement monter cette marque sur notre socle technologique", explique Jérôme Driano, directeur général de Beaumanoir, qui était invité sur BFM Business ce jeudi.

"Sur ce socle, on vient mettre ou des marques ou des pôles. Moi aujourd'hui, je parle plutôt de pôles de consolidation. il y en a 3. Il y a ce pôle autour de La Halle (...). On a notre pôle historique constitué des marques Cache Cache, Bonobo et Bréal qui travaillent ensemble, qui partagent leur back office. (...) Et puis on a pôle plus premium constitué autour de Morgan", explique le responsable.

"On a investi dans la data, on a investi dans l'IT, on a investi dans le digital donc on va reconstruire tout un système omnicanal autour de La Halle et ça va lui permettre de rattraper son retard et de revenir dans la course".

Le responsable est convaincu des synergies indispensables entre les magasins physiques et le digital, même s'il pense que les premiers resteront encore longtemps le principal lieu d'achat. "Bien évidemment, le commerce continuera à se faire en magasin", avance Jérôme Drianno.

Olivier Chicheportiche