BFM Business

Cette appli pour faire ses courses séduit de plus en plus de Français

De plus en plus de consommateurs se tournent vers des applications pour les aider à faire leurs courses. Objectif: traquer et délaisser les produits aux apports nutritionnels déséquilibrés.

Dans les grandes surfaces s'affrontent désormais plusieurs catégories de consommateurs. Ceux qui s'en tiennent à leur sacro-sainte liste de courses, plaçant toujours les mêmes produits dans leur panier, et ceux qui dégainent leur smartphone devant chaque emballage. Non pas pour vérifier le prix du produit en question mais afin d'être éclairés sur ses qualités nutritionnelles. C'est le cas de Marie, rencontrée par BFMTV.

Utilisatrice régulière de l'application Yuka, elle scanne systématiquement les emballages des produits qu'elle compte acheter. Sur l'écran de son téléphone apparaît alors la marque, la description du produit et une note prenant en compte ses qualités et ses défauts nutritionnels. Exemple avec un paquet de biscuits bio fourrés à la framboise. 

"C'est un produit que je prenais assez souvent avant en me disant que c'était meilleur que des gâteaux un peu trop sucrés. Finalement quand on regarde ce produit, il est aussi trop sucré, trop calorique et trop gras", indique Marie sur BFMTV.

L'utilisation régulière de cette application a d'ailleurs conduit la jeune femme a revoir son alimentation. Elle n'achète plus de pains industriels et indique avoir remplacé les pâtes par du blé. 

Une start-up française derrière cette application

L'application téléchargée s'appelle Yuka. Créée par une start-up française, elle est utilisée par plus de 5 millions de consommateurs.

"Avant on ne se posait jamais la question de ce qu'il y avait dans les produits, on faisait confiance. Maintenant on se méfie. Il y a aussi une tendance à retourner vers des choses plus simples, plus brutes, plus naturelles plutôt que des choses très transformées", indique Julie Chapon, co-fondatrice de cette application. 

D'autres applis sur la nutrition existent pour calculer les calories d'un plat ou son taux de glucides. Autant d'outils très pratiques au quotidien, notamment pour les personnes les plus fragiles comme les diabétiques. 

De son côté, l'État tente également de mieux informer les consommateurs. Le "nutri-score" est entré en application en avril 2017. Ce dispositif note les plats industriels vendus en grandes surfaces de la lettre A à la lettre E, du vert au rouge, du produit le plus sain au plus mauvais sur un plan nutritif. Mais rien ne contraint les industriels à faire figurer cette mention sur leurs emballages. 

G.B. et J.P. édité par A.M.