BFM Business

Ce concurrent que Le Bon Coin n'a vraiment pas vu venir

-

- - Wikimedia

"L'association Emmaüs va lancer en octobre un site de vente en ligne de produits de brocantes. Un projet à 500.000 euros qui pourrait bien faire de l'ombre au géant des petites annonces en ligne, leboncoin.fr. "

Amazon, Cdiscount, eBay ou encore des applications comme Stootie... Les concurrents du champion français des petites annonces sur internet, leboncoin.fr, ne manquent pas dans le paysage de la vente en ligne de produits d'occasion. Pour le moment, aucun d'entre eux n'a empêché ce site lancé il y a 10 ans de prospérer. Un nouvel arrivant pourrait néanmoins lui faire de l'ombre. Son nom? Emmaüs. L'association caritative va lancer d'ici le mois d'octobre un site de vente en ligne, explique le journal La Croix

Baptisé Label-emmaus.co, ce site de e-commerce suscite déjà la convoitise des grands du secteur. "Amazon, Cdiscount, Priceminister… Ils ont tous proposé de nous héberger, c’est bien le signe que notre image est positive, attractive, et que nous avons notre carte à jouer avec notre marque, sans trahir qui nous sommes", explique dans La Croix, Maud Sarda, chargée de projet en charge de ce dossier. Mais l'association n'a pas cédé aux sirènes des géants du web et va lancer son propre site. 

Emmaüs a consacré un budget de 500.000 euros pour mettre en place son site. Un investissement conséquent qu'elle compte rentabiliser au terme de la première année d'exercice. Concrètement l'association qui dispose de 350 espaces de vente partout en France va, comme Le Bon Coin, vendre des produits d'occasion sur son site. Au départ, les objets commercialisés proviendront uniquement d'une vingtaine de ses salles de vente. Mais au fil du temps, de plus en plus d'espaces Emmaüs rejoindront le projet.

5 millions d'euros de chiffre d'affaires

Si le fonds de commerce du site sera le même que leboncoin.fr, il s'agira, en revanche, d'un véritable site de vente et pas seulement de petites annonces. Autrement dit, les objets sur le site seront vendus et expédiés par Emmaüs. L'association recherche d'ailleurs des partenaires pour effectuer les livraisons des produits.

Emmaüs est, par ailleurs, ouverte aux investisseurs extérieurs. Mais attention, ces derniers ne pourront pas spéculer sur le succès du site. S'ils veulent sortir du capital de la société créée pour l'occasion, ils ne récupéreront que leur mise initiale et pas 1 euro de plus.

L'objectif pour l'association est clairement de changer de dimension. Elle table sur 5 à 10% de l'activité de ventes en salle, soit près de 5 millions d'euros. Le tout, sans acheter de mots clés sur Google mais en bénéficiant du référencement naturel. Emmaüs ne se contentera pas de mettre en ligne de manière anarchique toute sorte de produits. Elle organisera, par exemple, des ventes "flash" de produits ou des ventes privées en fonction de l'actualité (rentrée scolaire, vacances, fêtes des mères etc.). Pour une association à but non lucratif, Emmaüs a en tout cas plein d'idées de business. Le Bon Coin peut commencer à s'inquiéter.

Frédéric Bianchi