BFM Business

Bientôt des pubs pour le cannabis à la télé au Canada? 

-

- - Pexels - BFM Business

Alors que le Canada interdit la publicité pour le tabac, les autorités pourraient en revanche l'autoriser pour le cannabis qui sera autorisé à la vente mi-2018. C'est du moins ce qu'espèrent les producteurs.

Faut-il faire de la publicité pour le cannabis? Cette question a de quoi étonner dans un pays comme la France qui en interdit la vente, l'usage et la possession. Mais le Canada s'apprête à légaliser la consommation de cannabis à des fins récréatives. Cette révolution est prévue pour la mi-2018. Et les producteurs qui sont déjà sur les rangs pour inonder le marché commencent déjà à travailler sur le marketing.

Problème: le Canada interdit toute forme de publicité pour le tabac. C'est le cas depuis 1972 à la télé et la radio et, depuis 2009, dans la presse écrite. L'Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) souhaite donc voir adopter la même ligne pour le cannabis. 

"Nos produits sont plus sûr que le marché noir"

Pourtant les producteurs de cannabis espèrent bien obtenir gain de cause. Et pour convaincre les autorités qui n'ont pas encore tranché sur la question, ils ont un argument qu'ils jugent imparable: la publicité aurait pour mission d'encourager les consommateurs à se détourner du marché noir. "Les lignes directrices que nous avons adoptées sont vraiment une initiative de protection du consommateur, souligne ainsi dans La Presse Pierre Killeen, le porte-parole d'Hydropothecary, un des deux producteurs autorisé au Québec. Il faut que la réglementation nous permette d'expliquer en quoi nos produits sont plus salubres et plus sécuritaires que ceux du marché noir."

D'ailleurs pour montrer leur bonne volonté, les producteurs de cannabis canadiens ont mis au point un guide d'autoréglementation, histoire de faciliter le travail du législateur. Ce guide que s'est procuré La Presse comprend huit grands points parmi lesquels l'engagement à ne promouvoir qu'une marque et pas la consommation de cannabis en général, l'interdiction de cibler les moins de 18 ans avec des animaux ou des personnages susceptibles de plaire au jeunes, ou encore l'obligation d'annoncer dans des programmes qui réunissent au moins 70% de personnes majeures.

Aux États-unis, les producteurs font leur pub à la télé

L'Association pour la santé publique du Québec ne l'entend pas de cette oreille: "Ils veulent pouvoir diffuser de la publicité à la télé et à la radio, pourvu que 70% de l'auditoire soit composé d'adultes, explique Émilie Dansereau-Trahan de l'ASPQ. Ça voudrait dire qu'ils pourraient passer des publicités pendant Tout le monde en parle. C'est franchement n'importe quoi."

Si le Canada tranche en faveur de la publicité, ce ne serait en tout cas pas une première. Aux États-unis, où certains États ont légalisé la vente et la consommation de cannabis, des publicités ont commencé à faire timidement leur apparition sur les écrans. Comme celle d'Eureka Vapor qui vend des vapoteurs au cannabis. Mais dans la vidéo diffusée sur quelques networks locaux aux Etats-Unis, aucune mention n'est fait du cannabis, simplement une référence un peu obscure à la marque.

Et si les marques tiennent tant à faire leur pub, c'est que le marché du cannabis s'annonce colossal. Dans un rapport de 2016, le cabinet Deloitte estimait que cette industrie pourrait représenter à terme 22,6 milliards de dollars canadiens (16,14 milliards d’euros) en incluant la vente de produits dérivés, la sécurité, les transports, etc. Rien qu'au Québec la seule vente de cannabis pourrait représenter 1,3 milliard de dollars canadiens soit 935 millions d'euros.

Aux États-unis, le marché devrait déjà représenter entre 26,8 et 35,2 milliards de dollars pour l'année 2017. Tout un éco-système s'est déjà mis en place avec ses start-up, ses sites d'information sur internet et même ses titres de presse spécialisés. Lancé fin 2015, le magazine Cannabis Now est présent dans quasiment tous les kiosques Hudson News (les Relay américains) des Etats-Unis et du Canada. Un magazine placé dans les rayons "art de vivre" et qui fait ouvertement la promotion du cannabis et de cette nouvelle industrie.

-
- © BFM Business
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco