BFM Eco

Avec Skeat, les clients passent eux même commande dans les bars et restaurants

La startup lance sa première levée de fonds

La startup lance sa première levée de fonds - Skeat

Cette start-up vous permet de passer commande puis de payer depuis votre smartphone dans les bars, restaurants ou boîtes de nuit.

Au bar, au restaurant ou en boîte de nuit, le moment le moins agréable est en général l'interminable attente du serveur pour passer commande ou pour payer. Mais des solutions existent désormais pour permettre au client de commander ou de payer lui-même, développées par plusieurs start-up: Billee, Miap, Siouplait... La dernière en date est Skeat, qui vient de lancer son service, combine à la fois la prise de commande et le paiement.

Avec Skeat, le client doit sortir son smartphone et flasher un QR code, placé par exemple sur la table. Dès lors, le menu apparaît, et le client peut faire son choix. Ensuite, le client paye, avec sa carte bleue ou une application de paiement comme Lydia, Apple pay, We chat pay... Enfin, sa commande est apportée à sa table -à moins qu'il ne choisisse d'aller la chercher lui-même au comptoir.

Consommer plus

"Le client n'a pas besoin de télécharger notre application, il lui suffit simplement de scanner un QR code. Notre solution permet de réduire drastiquement son temps d'attente, alors que c'est la principale critique dans 80% des avis postés sur internet. Mais cela améliore aussi beaucoup la productivité des serveurs, qui sont déchargés de la prise de commande et du paiement, qui prennent beaucoup de temps. Enfin, le client n'est plus découragé par le temps d'attente pour passer commande, et a donc tendance à consommer plus. Au total, la rotation des clients augmente de 15%, et la commande moyenne d'un client de 20%", expliquent les co-fondateurs Marc Sarfati et Maximilian Vigier. Dernier avantage: Skeat propose à l'établissement une vue précise des consommations vendues, et donc de ses stocks.

La start-up se rémunère en prélevant une petite commission auprès du restaurateur, afin notamment de rémunérer l'application de paiement (le service est gratuit pour le client). Plus les montants sont élevés, moins la commission est élevée. En outre, la start-up vend aux établissements des outils d'analyse et de pilotage des ventes et d'optimisation des opérations.

Première levée de fonds

La solution, lancée est octobre, est d'ores et déjà utilisée par le Corcoran's Irish Pub sur les Grands Boulevards à Paris. La start-up compte convaincre 50 à 100 établissements d'ici un an. Prochaine étape, prévue pour début 2019: une première levée de fonds d'au moins un million d'euros auprès de business angels, qui permettra de recruter des commerciaux et des développeurs informatiques. "Lever des fonds pour lever des fonds n'a pas de sens. Avant, nous avons voulu prouver que le marché existait, que notre produit était au point, et que des établissements étaient prêts à l'adopter", assurent les fondateurs.

Jusqu'à présent, la start-up est incubée par Essec Ventures, l'école de commerce dont est issu Maximilian Vigier, le directeur opérationnel. Le président Marc Sarfati vient quant à lui de l'EM Lyon.

Jamal Henni