BFM Business

Avec le remis à neuf "on va vraiment à l'encontre du Black Friday" explique le fondateur de Back Market

L'entreprise française présente désormais présente dans 6 pays veut évangéliser la consommation au reconditionné. Et ça fonctionne, assure son fondateur Thibaud Hug De Larauze sur le plateau de Good Morning Business.

Les ventes de produits high-tech reconditionnés ont le vent en poupe, une tendance qui profite au français Back Market qui propose une place de marché d'intermédiation entre clients/vendeurs et reconditionneurs partenaires. Ce modèle économique assure le succès de cette entreprise depuis 2014 avec une croissance annuelle à trois chiffres, une présence dans 6 pays et un volume d'affaires de 230 millions d'euros en 2018.

L'approche n'est pas seulement business mais aussi sociétale, assure son fondateur Thibaud Hug De Larauze sur le plateau de Good Morning Business sur BFM Business et s'inscrit en opposition totale avec la surconsommation de produits neufs dopée par des opérations comme le Black Friday.

"Nous la mission de Back Market c'est d'évangéliser la consommation au reconditionné dont aux produits remis à neuf plutôt que neufs, ça a un impact environnemental bien plus positif, ces des produits qui sont deux fois moins chers par nature puisqu'ils ont déjà été utilisés et nous c'est toute l'année. Donc on va vraiment à l'encontre de ce mouvement Black Friday puisque c'est une catastrophe écologique et sociétale. Donc on ne fait pas de promotions particulières pour le Black Friday".

Pas d'offre sur Remade

Et d'insister: "On a créé cette market place pour ça, pour évangéliser le marché à ne pas consommer neuf, c'est vraiment une mission de consommer remis à neuf, c'est plus responsable et ça a plus de sens".

A la conquête des Etats-Unis depuis deux ans, pays qui affiche désormais la plus forte croissance de l'entreprise, et fort de son succès, Back Market s'intéresse-t-il au français Remade, également positionné dans les produits remis à neufs mais reconditionnés par ses soins et actuellement en liquidation judiciaire?

"Non, ce n'est pas du tout notre modèle, nous on est une place de marché", répond Thibaud Hug De Larauze. "On agrège 800 reconditionneurs dont Remade mais qui avait une stratégie essentiellement dédiée à la grande distribution qui est un monde un peu plus dur, faut beaucoup stocker donc il faut financer les stocks, vous êtes payés un peu plus tard..." 

Olivier Chicheportiche