BFM Business

Auchan, Carrefour et Système U soutiennent le cours du porc

La Cooperl, numéro un du porc en France, a annoncé qu'elle serait de nouveau absente jeudi de la séance de cotation du marché du porc breton (MPB)

La Cooperl, numéro un du porc en France, a annoncé qu'elle serait de nouveau absente jeudi de la séance de cotation du marché du porc breton (MPB) - Fred Tanneau-AFP

Carrefour, Auchan et Système U rejoignent E.Leclerc, Intermarché et Casino pour maintenir leurs achats de viande de porc à 1,40 euro le kilo. Mais, la Cooperl continue de boycotter les cotations du marché du porc breton.

La grande distribution est à l'unisson pour soutenir ses achats de viande porc au prix de 1,40 euro le kilo.

Carrefour ainsi que Auchan et Système U, ces deux enseignes étant par ailleurs en train de nouer une alliance, ainsi que la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), continuent à soutenir le cours du porc en maintenant leur position d'achat à ce prix, censé satisfaire les éleveurs.

"Carrefour a réaffirmé son soutien aux éleveurs en rappelant ses engagements pris fin juin concernant les filières bovines, porcines et laitières, notamment l'augmentation du prix d'achat des viandes fraîches bovines et porcines", indique-t-on au sein du groupe.

Le distributeur ajoute qu'il "soutient depuis de nombreuses années les producteur et les éleveurs avec ses filières qualité Carrefour" et privilégie les origines France.

Système U passe par la Cooperl pour s'approvisionner

Le groupe Auchan souhaite "continuer à soutenir ce cours minimal qui assure les équilibres fondamentaux de la filière". Le directeur général France, Vincent Mignot indique par ailleurs que le groupe a demandé à ses fournisseurs de lui "remonter le détail de leur politique en matière de répercussion aux éleveurs de ses augmentations de prix d'achat".

Le groupement coopératif Système U, qui n'est pas directement acheteur au marché du porc breton de Plérin mais passe principalement par la Cooperl pour s'approvisionner, a également réaffirmé sa volonté de soutenir la filière porcine.

"Système U a confirmé son engagement à ses fournisseurs de maintenir un prix payé au niveau de la dernière cotation soit 1,40 euro le kilo", a déclaré le groupe. La Fédération du commerce et de la distribution (FCD), qui représente les entreprises du commerce à prédominance alimentaire, va dans le même sens.

La grande distribution assure 50% des débouchés des abattoirs

Ces prises de position confortent celles des enseignes E.Leclerc, Intermarché et Casino qui avaient assuré, mardi 11 août, qu'elles continueraient à soutenir le cours du porc en maintenant leurs positions d'achat au cadran breton à 1,40 euro le kilo.

Selon le médiateur des relations commerciales agricoles, la grande distribution assure la moitié des débouchés des abattoirs français. Dans son rapport rendu fin juillet, il souligne que si les abatteurs ont interprété a minima l'accord de revalorisation des prix de la viande bovine du 17 juin, la grande distribution aurait pu également se montrer plus "dynamique".

"Les distributeurs ne se sont pas frontalement opposés à la hausse des cotations, mais n'ont pas forcément joué un rôle dynamique en ce sens", écrit-il. Sur certains types de morceaux, "de nombreux distributeurs se seraient ainsi fournis auprès d'abatteurs-découpeurs ayant remporté les marchés en cassant les prix par des approvisionnements auprès d'éleveurs contraints de brader leurs bêtes".

La Cooperl, numéro un du porc en France, a annoncé qu'elle serait de nouveau absente, jeudi 13 août, de la séance de cotation du marché du porc breton (MPB) et les éleveurs de l'ouest ont posé des ultimatum fermes à l'Etat pour qu'il trouve une solution à la crise, tous secteurs confondus

F.Bergé avec AFP