BFM Business

Amende record confirmée pour l'Oréal, Unilever et Colgate-Palmolive

L'Oréal avait écopé de la plus grosse amende (189,5 millions d'euros)

L'Oréal avait écopé de la plus grosse amende (189,5 millions d'euros) - AFP Jean-Pierre Muller

La cour d'appel de Paris a confirmé l'essentiel de l'amende record de 951 millions d'euros infligée fin 2014 par le gendarme de la concurrence au cartel des fabricants de produits d'hygiène et d'entretien.

Maigre consolation pour les fabricants de produits d'hygiène et d'entretien. En décembre 2014, ils avaient été condamnés à une amende record de 951 millions d'euros pour entente anti-concurrentielle. L'Oréal avait alors réfuté "toute accusation d'entente avec ses concurrents", qualifiant l'amende de "totalement disproportionnée". Unilever avait également jugé la sanction "totalement disproportionnée et injustifiée".

Las! Jeudi 27 octobre, la cour d'appel de Paris a confirmé l'amende à quelques petites nuances près. Elle a été réduite de 2,2 millions d'euros. Précisément, Henkel voit son amende passer à 107,8 millions d'euros, soit 1,3 million d'euros de moins. Tandis que Procter & Gamble (P&G) voit son amende réduite de 889.000 euros, à 38,2 millions d'euros.

Produits de tous les jours

L'entente avait duré de 2003 à 2006. Elle portait sur les prix de produits utilisés quotidiennement: assouplissants (Cajoline, Soupline), détachants (Vanish, K2R), liquides-vaisselle (Paic, Palmolive, Mir), pastilles pour lave-vaisselle (Sun, Calgonit), nettoyants ménagers (Ajax, Mr Propre, Cif, Saint-Marc), produits pour WC (Harpic, Canard WC, Bref), gels douches (Sanex, Petit Marseillais, Mont St Michel), shampoings (Elsève, Fructis, Jacques Dessange, Dop, Head&Shoulders), dentifrices (Signal, Colgate, Tonigencyl), déodorants, mousses à raser, lames et rasoirs, produits de beauté, désodorisants, insecticides...

Les fabricants de ces produits s'étaient concertés pour augmenter leur prix simultanément, et résister à la pression de la grande distribution. L'entente avait été dénoncée au gendarme de la concurrence par SC Johnson, qui avait donc échappé à toute amende. Colgate, Palmolive et Henkel avaient suite accepté de collaborer avec les enquêteurs, et ont ainsi écopé d'une amende réduite.

Jamal Henni