BFM Business

3G Capital aimerait fusionner Kraft Foods et Heinz

3G pourrait racheter Kraft Foods.

3G pourrait racheter Kraft Foods. - Tim Boyle - AFP

Le fonds d'investissement pourrait racheter Kraft Foods 40 milliards de dollars. Il le fusionnerait ensuite avec Heinz.

Il y a du mouvement dans le secteur agroalimentaire. Le fonds d'investissement brésilien 3G Capital s'apprêterait à racheter Kraft Foods pour quelque 40 milliards de dollars, a indiqué le Wall Street Journal Online mardi, et fusionnerait ensuite cette entreprise avec Heinz, qu'il contrôle déjà.

3G et Berkshire Hathaway, la société du milliardaire américain Warren Buffett, s'étaient unis pour racheter Heinz, le fabricant du célèbre Ketchup, en 2013 pour 28 milliards de dollars.

Le Wall Street indique, citant des sources proches du dossier, que 3G a amassé des liquidités suffisantes pour procéder à de nouvelles acquisitions. Il n'est toutefois pas certain que Berkshire Hathaway s'associe à cette opération, indique-t-on de même source. Kraft Foods commercialise toute une gamme de produits alimentaires allant de la moutarde (Grey Poupon), aux saucisses (Oscar Mayer) en passant par les cafés (Maxwell et Gevalia).

Sa capitalisation boursière s'élève à environ 37 milliards de dollars et le groupe emploie plus de 22.000 personnes. Le groupe actuel est issu de la scission en 2012 de Kraft Foods en deux unités, Kraft et Mondelez, cette dernière conservant les snacks et les biscuits.

Politique d'acquisitions agressives

En décembre, le groupe avait changé de PDG de manière inattendue, John Cahill, jusqu'alors président du Conseil d'administration, remplaçant Tony Vernon qui avait pris ses fonctions deux ans plus tôt. Le chiffre d'affaires de Kraft Foods est resté stable en 2014 à 18,2 milliards de dollars.

Suite à ces informations, le titre du groupe bondissait de 16,5% dans les échanges électroniques d'après-séance à Wall Street à 71,44 dollars. 3G Capital, fondé par le milliardaire helvético-brésilien Jorge Paulo Lemann, mène une politique d'acquisitions agressives dans le secteur alimentaires depuis plusieurs années.

Il possède également la chaîne de restauration Burger King par l'intermédiaire de laquelle il avait acquis l'an dernier le canadien Tim Hortons (cafés et biscuiterie).

D. L. avec AFP