BFM Business

3 ans après l'avoir licenciée pour ses positions anti-racistes, L'Oréal réembauche la mannequin Munroe Bergdorf

-

- - Dimitrios Kambouris - Getty Images via AFP

Munroe Bergdorf avait été licenciée en 2017, pour avoir dénoncé le racisme dans un post sur Facebook. En plein mouvement "Black lives matter", la présidente de L'Oréal Paris s'excuse aujourd'hui pour son attitude et lui demande de venir jouer un rôle de conseillère sur la diversité.

Il est rare qu'un salarié licencié reçoive les excuses de son ancien employeur, au point même que celui-ci lui demande de revenir. C'est pourtant ce qui arrive à Munroe Bergdorf, mannequin transgenre qui a travaillé pour L'Oréal au Royaume-Uni. En 2017, elle a publié un long post sur Facebook condamnant le racisme et la violence des suprémacistes blancs qui manifestaient à Charlottesville, en Virginie. Un message qui lui a valu son licenciement sous le prétexte que ses commentaires étaient contraires aux valeurs de la marque, qui prône la diversité et la tolérance envers tous sans distinction de race, d'origine, de sexe et de religion.

Aussi, quand L'Oréal, comme de nombreuses autres marques, affiche sur les réseaux sociaux son soutien au mouvement "Black lives matter" Munroe Bergdorf ne peut s'empêcher de souligner l'ironie de la situation sur Twitter.

"Excusez mon langage mais je suis tellement en colère. Va te faire foutre @lorealparis. Vous m'avez laissée tomber lors d'une campagne en 2017 et m'avez jetée aux loups pour avoir parlé du racisme et de la suprématie blanche. Sans aucune précaution, sans hésitation", s'emporte la mannequin. 
Elle poursuit son discours dans un autre message en disant "Va te faire foutre avec ta 'solidarité'. Où était votre soutien lorsque j'ai pris la parole?" et elle prévient qu'elle ne laissera pas l'Oréal "s'en tirer comme ça".

Des paroles qui ne peuvent que porter préjudice à la marque, car les temps ont changé. La mort de George Floyd, tué par la police à Minneapolis, a déclenché de nombreuses manifestations aux Etats-Unis pour dénoncer le racisme, avec le slogan "Black lives matter", utilisé déjà depuis plusieurs années pour dénoncer notamment les violences policières envers les Afro-Américains. Et l'émoi a touché de nombreux pays. 

Un nouveau départ avec la marque

Pour éteindre toute polémique, l'Oréal a décidé de réagir au travers de la voix de sa nouvelle présidente Delphine Viguier. Elle affirme regretter la manière dont la situation a alors été gérée il y a plus de 3 ans. Elle propose à Munroe Bergdorf de revenir dans le groupe pour prendre un poste de conseiller au sein de la nouvelle entité britannique en charge de la diversité et de l'inclusion.

Les relations avec la marque désormais apaisées, Munroe Bergdorf a remercié tout ceux qui l'ont soutenue "dans cette affaire au cours des trois dernières années, cela n'a pas été facile. Dans l'attente de nouveaux départs et d'une nouvelle relation positive avec l'équipe L'Oréal. "

La marque fera également des dons à des associations de soutien spécifique pour les personnes transgenres et pour les personnes LGBT dans leur ensemble.

Coralie Cathelinais