BFM Business

Commandes et livraisons en berne en 2020 pour Airbus, qui reste "prudemment optimiste"

Airbus prévoit une enveloppe en hausse pour 2,6%.

Airbus prévoit une enveloppe en hausse pour 2,6%. - Kenzo Tribouillard - AFP

Airbus a souffert en 2020 du Covid-19, voyant ses commandes d'avions neufs s'effondrer des deux tiers et ses livraisons d'un tiers, mais a affiché vendredi un "optimisme prudent" pour l'avenir.

L'effondrement du trafic aérien mondial, qui a mis à genoux financièrement les compagnies aériennes, s'est immédiatement traduit sur l'activité de l'avionneur Airbus: ses livraisons d'avions commerciaux ont chuté de 34% et ses commandes de 65%.

"Ces chiffres reflètent la gravité de la crise qui touche notre secteur", a noté le président exécutif d'Airbus Guillaume Faury lors d'un point-presse téléphonique.

En 2020, Airbus a livré 566 appareils, contre 863 l'année précédente. Des chiffres qui se traduiront dans les résultats financiers annuels publiés le 18 février.

Des livraisons empêchées

Les livraisons constituent en effet un indicateur fiable de la rentabilité dans l'aéronautique, principalement parce que les clients paient la majeure partie de la facture au moment où ils prennent possession des avions.

Une partie des compagnies a cherché à reporter les livraisons afin de préserver leurs liquidités en attendant des jours meilleurs. Fin juillet, 145 avions produits n'avaient pas été livrés, un "nombre qui a diminué au second semestre", a affirmé sans plus de précision Guillaume Faury.

D'autres clients ont rencontré des difficultés à venir prendre possession de leur appareil en raison des restrictions de voyages internationaux. Airbus a donc mis en place un système de livraison électronique "qui a concerné plus de 25% des livraisons de 2020", indique la société dans un communiqué.

L'avionneur, qui n'avait ainsi pu livrer que 14 appareils en avril alors que le monde était figé et le fonctionnement des usines perturbé par l'explosion de la pandémie, en a livré 89 en décembre.

L'avionneur européen reste en bonne position dans son match face à l'américain Boeing, qui a obtenu en novembre l'autorisation de retour en vol de son 737 MAX aux États-Unis et au Brésil, mais n'avait livré que 118 appareils entre janvier et novembre.

"Sécuriser les créneaux"

Pour s'adapter à une reprise du trafic aérien qui ne devrait retrouver son niveau de 2019 qu'entre 2023 et 2025, l'avionneur européen a baissé au printemps ses cadences de production de près de 40%, ne produisant plus ainsi que 40 appareils de la famille A320 contre 60 auparavant. Il a parallèlement annoncé 15.000 suppressions d'emplois sur le 134.000 que compte le groupe dans le monde, dont 5.000 en France et 5.100 en Allemagne.

Il a toutefois prévenu ses sous-traitants de se préparer à une possible augmentation des cadences de production à 47 appareils de la famille A320 par mois (40 actuellement), "sans doute pas avant le début du troisième trimestre 2021", avait indiqué fin octobre le patron d'Airbus Guillaume Faury.

"Nous pensons qu'il y aura une augmentation des cadences pour les monocouloirs (A220, A319, A320 et A321, ndr) au second semestre", a-t-il convenu vendredi.

La reprise du trafic aérien devrait d'abord concerner le vols intérieurs et continentaux, pour lesquels l'A320 est destiné, les vols long-courriers desservis par des gros porteurs étant plus touchés.

"Sur la base de nos livraisons de 2020, nous affichons un optimisme prudent pour 2021, même si les défis et incertitudes demeurent nombreux à court terme", selon M. Faury.

Le site américain de Mobile (sud des États-Unis) a contribué à 8% des livraisons mondiales et les clients américains ont représenté 13% de celles-ci "malgré les droits de douane" punitifs imposés par les États-Unis dans le cadre du litige entre Airbus et Boeing devant l'OMC, a-t-il noté, déplorant la volonté américaine de taxer dorénavant les pièces détachées d'avions et non plus seulement les avions complets.

Faible taux d'annulation des commandes

Les commandes se sont elles encore plus effondrées, avec 268 commandes nettes en 2020, contre 768 l'année précédente (-65%). Hors annulations et modifications, elles s'élèvent à 383 appareils, dont 296 pour le seul mois de janvier, avant que le Covid-19 n'explose à la face du monde.

Mais Airbus dispose de plusieurs années de production devant lui: son carnet de commandes s'établissait fin décembre à 7184 appareils, contre 7482 un an plus tôt.

Le "faible niveau d'annulations montre que les clients attendent le retour du trafic et veulent sécuriser leur créneau" pour prendre livraison d'appareils adaptés à leurs futurs besoins, conclut le directeur commercial Christian Scherer.
P.D. avec AFP