BFM Business

Cargill Haubourdin: le CSE et la CGT saisissent la cour d'appel pour stopper le PSE

L'usine Cargill de Haubourdin (Nord) emploie environ 300 personnes et transforme du maïs, en provenance essentiellement du sud de la France et du sud de l'Europe

L'usine Cargill de Haubourdin (Nord) emploie environ 300 personnes et transforme du maïs, en provenance essentiellement du sud de la France et du sud de l'Europe - François Lo Presti

Début novembre, le tribunal judiciaire avait rejeté leur référé contre le plan de sauvegarde de l'emploi qui menace 186 des 300 postes de l'usine.

Le comité social et économique (CSE) et la CGT de l'usine Cargill d'Haubourdin ont saisi la cour d'appel de Douai, réclamant la suspension du plan de sauvegarde de l'emploi en cours, qui pourrait conduire à la suppression de 186 des 300 postes, ont-ils annoncé jeudi.

Le tribunal judiciaire de Lille avait rejeté début novembre leur demande en référé, estimant qu'il n'y avait "pas lieu d'accueillir en référé les demandes du CSE et du syndicat CGT" d'une "suspension de la réorganisation" du site d'Haubourdin.

"Stopper cette casse sociale"

Homologué mi-août, ce PSE pourrait conduire au licenciement de 186 des quelque 300 salariés du site d'Haubourdin qui transforme du maïs, en provenance essentiellement du sud de la France et du sud de l'Europe.

"Nous avons décidé de faire appel (...) car non seulement ce projet n'a aucune justification valable au regard des profits colossaux de Cargill, mais la direction du groupe refuse également de mettre en place un véritable plan de prévention pour garantir l'intégrité physique, mentale et psychologique des salariés", écrivent les élus syndicaux dans un communiqué diffusé jeudi soir.

"Nous allons tout mettre en oeuvre pour stopper cette casse sociale", assurent-ils, refusant de "rester sans agir face à une direction qui ne cesse de vouloir passer en force avec le soutien de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi), en pleine contradiction avec les discours du gouvernement".

Contactée par l'AFP, la direction de Cargill n'était pas joignable dans l'immédiat. L'audience est prévue le 23 mars devant la cour d'appel de Douai.

B.R. avec AFP