BFM Business

Bruno Le Maire: "Le Smic pourrait être augmenté au 1er octobre"

Bruno Le Maire

Bruno Le Maire - BFMTV

Invité sur BFMTV, le ministre de l'Economie exclut un coup de pouce au Smic pour ne pas nuire à l'emploi mais assure qu'il pourrait être automatiquement revalorisé avec l'inflation.

L'accélération de l'inflation va-t-elle amputer le pouvoir d'achat? Alors que la hausse des prix a atteint 1,9% en août en rythme annuel, de nombreux Français ont vu en cette rentrée certains tarifs -notamment ceux de l'énergie- augmenter.

A quelques mois de la présidentielle, le gouvernement se lassera-t-il tenter par une revalorisation du Smic, le fameux coup de pouce? Invité sur BFMTV-RMC, le ministre de l'Economie n'y est pas favorable.

"Je ne crois pas que [le coup de pouce] soit la bonne solution, assure Bruno Le Maire. On est toujours tenté de le faire mais ça veut dire qu'on va le payer sur l'emploi. Ma priorité c'est l'emploi, l'emploi, l'emploi. Donner un coup de pouce au Smic c'est donner un coup de canif au redressement de l'emploi."

Alors que le chômage a retrouvé au deuxième trimestre son niveau d'avant-crise, le ministre de l'Economie craint de casser la dynamique de reprise en faisant peser un trop lourd fardeau sur les entreprises. Pour autant, il dit être conscient des difficultés de pouvoir d'achat et assure que le Smic pourrait malgré être revalorisé dans les prochaines semaines.

"Notre Smic a une singularité, lorsque les prix augmentent -notamment pour ceux qui ont les dépenses contraintes qui pèsent le plus dans leur budget- il augmente automatiquement, rappelle Bruno Le Maire. Au regard de l'inflation, on verra les chiffres au 15 septembre, on peut envisager qu'il y aura une revalorisation automatique du Smic au 1er octobre, c'est prévu."

Dès le premier octobre, il pourrait y avoir une revalorisation automatique.

L'inflation doit dépasser les 2%

Depuis 2013, le Smic est en effet revalorisé chaque 1er janvier en tenant compte de l'évolution de l'indice mensuel des prix à la consommation des 20% des salariés les plus modestes, rappelle l'Insee. Mais il peut l'être aussi en cours d'année en cours d'année lorsque cet indice des prix à la consommation atteint un niveau correspondant à une hausse d'au moins 2 % par rapport à l'indice constaté lors de l'établissement du SMIC immédiatement antérieur.

Or l'inflation est actuellement de 1,9%. Si elle continue de progresser, le Smic pourrait alors revalorisé en cours d'année. Pour rappel, le Smic brut horaire est actuellement de 10,25 euros depuis le 1er janvier 2021 pour un montant net mensuel de 1231 euros (1219 euros en 2020).

Le ministre de l'Economie estime toutefois que l'inflation n'est que conjoncturelle et ne devrait pas perdurer dans le temps.

"L'inflation résulte de la vigueur de la reprise économique, nous ne pensons pas que c'est une inflation structurelle", juge-t-il.

Concernant le pouvoir d'achat de l'ensemble des salariés, le ministre de l'Economie a renouvelé son appel aux entreprises qui le peuvent pour qu'elles revalorisent les salaires. En rappelant que les mesures incitatives mises en place par le gouvernement depuis quatre ans.

"Je ne décrète pas d'augmentation des salaires, mais l'Etat a pris toute sa part, l'Etat a fait la prime d'activité (plus 100 euros de plus par mois), la défiscalisation des heures supplémentaires, la baisse de cotisations sociales, l'intéressement, la participation , la suppression de la taxe sur l'intéressement, énumère Bruno Le Maire qui assure préparer une nouvelle mesure afin que davantage de Français bénéficient d'accords d'intéressement.
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco