BFM Eco

Brexit: le Royaume-Uni va consacrer près de 800 millions d'euros au renforcement de ses frontières

Les 27 ont repoussé à la semaine prochaine une discussion sur la durée du report du Brexit

Les 27 ont repoussé à la semaine prochaine une discussion sur la durée du report du Brexit - AFP

Le ministre britannique Michael Gove a indiqué que cette somme permettrait de s'assurer que les "nouvelles frontières" du pays soient prêtes au 1er janvier 2021.

Le Royaume-Uni a annoncé ce dimanche une enveloppe de 705 millions de livres sterling (788 millions d'euros) consacrée au renforcement de ses frontières afin d'être prêt dès la fin de la période de transition post-Brexit à la fin de l'année. Dans une tribune publiée dans le Sunday Telegraph, le ministre d'Etat Michael Gove a assuré que cette somme permettrait de s'assurer que les "nouvelles frontières" du pays soient prêtes dès que le Royaume-Uni "reprendra le contrôle".

Interrogé sur Sky News dimanche matin, il a garanti que la frontière serait prête au 1er janvier 2021, après la fin de la période de transition instaurée pour permettre aux deux anciens partenaires de négocier leur relation après le Brexit, entré officiellement en vigueur le 31 janvier dernier. Cet investissement, qui inclut dépenses de personnel - recrutement d'environ 500 agents de la police aux frontières - et d'infrastructures, devrait faire de cette frontière "la plus efficace du monde d'ici à 2025", a ajouté M. Gove dans sa tribune.

Que Londres et Bruxelles trouvent un accord sur leur relation post-Brexit ou non, "nous serons en dehors du marché commun et de l'union douanière quoi qu'il arrive", a souligné Michael Gove sur la BBC. Un nouvelle session de négociations doit se tenir la semaine du 20 juillet à Londres avec l'Union européenne. Sur la BBC, Michael Gove a évoqué "des progrès" malgré les "divisions" qui demeurent, expliquant qu'il se voulait "optimiste" sans être "enthousiaste à l'excès".

Campagne d'information pour les ménages et entreprises

Il s'est également efforcé de se montrer rassurant après la fuite cette semaine d'un mail dans lequel la ministre du Commerce international Liz Truss avertit que le plan adopté par le gouvernement risque de favoriser la contrebande et de porter préjudice au pays sur la scène internationale.

Dans cette lettre adressée à Michael Gove et au ministre des Finances Rishi Sunak, révélée par le site Business Insider, elle souligne que l'approche graduelle du gouvernement britannique, où les contrôles ne seraient pas mis en oeuvre immédiatement sur tous les bien importés depuis l'UE, serait "vulnérable" à des poursuites devant l'Organisation mondiale du commerce. "Cela fait partie du processus naturel au sein d'un gouvernement qu'un ministre mette à l'épreuve les propositions" d'un autre, a estimé Michael Gove.

Le gouvernement va également lancer une vaste campagne d'information à destination des entreprises et des particuliers et "saisir les opportunités" qui selon le gouvernement émergeront grâce à la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, votée lors du référendum de juin 2016.

P.L avec AFP