BFM Business

Bolloré cherche à partager M6 avec Bouygues

Vivendi réfléchit à s’entendre avec TF1 pour racheter M6 et RTL. Un schéma poussé par Vincent Bolloré qui préfère mettre la main sur Europe1 et laisser RTL à Martin Bouygues.

Ce serait une alliance improbable tant les deux hommes sont brouillés depuis plus de vingt ans. Mais Martin Bouygues et Vincent Bolloré pourraient s’unir pour mettre la main sur M6. Depuis plusieurs semaines, son propriétaire allemand Bertelsmann étudie la vente du groupe M6 qui réunit les chaines M6, Gulli, W9, etc. et la radio RTL. Sa participation de 48% vaut 1 milliard d’euros. TF1 et Vivendi sont cités comme favoris même si d'autres acteurs des médias comme Altice (propriétaire de BFM Business), Mediaset ou l'homme d'affaires tchèque Daniel Kretinsky sont aussi évoqués.

Selon nos informations, un schéma consistant en un rachat de M6 par Vivendi et de RTL par TF1 circule entre les deux groupes. "Il y a des réflexions", confie une source, " mais pas de négociations" nuance une autre. Des contacts auraient été pris entre les dirigeants de Vivendi, Arnaud de Puyfontaine, et de TF1, Gilles Pélisson. Vivendi est à la manœuvre car il ambitionne de racheter M6 pour devenir un leader de la télévision en France. Il pourrait constituer deux pôles de télévision: un payant autour de Canal+ et gratuit autour de M6 et sa chaine C8.

Bolloré préfère Europe1 à RTL

Mais selon plusieurs sources, Vincent Bolloré n’est pas intéressé par RTL. Il cherche depuis un an à mettre la main sur Europe1. Certes la station du groupe Lagardère réalise deux fois moins d’audience et se trouve en difficulté financière mais elle est plus facile à restructurer, à repositionner et à intégrer à CNews, la chaine d’information de Vivendi, le grand projet média de Vincent Bolloré.

"Bolloré préfère racheter Europe1 qu’il pourra restructurer et rapprocher de CNews plutôt que RTL qui est déjà très installée et marche bien", confirme un de ses proches.

Selon plusieurs médias, Vivendi serait d’ailleurs sur le point de racheter Europe1. Du coup, ce schéma lui permettrait de revendre RTL à son rival Bouygues. D’autant qu’elle intéresse TF1. "C’est une belle radio, leader et influente, comme TF1 et nous en sommes proches", reconnait un proche de la chaine. De plus, ils ciblent les mêmes publics en termes d’audience. Surtout, il y a des synergies importantes à réaliser au niveau des régies publicitaires, de "plusieurs dizaines de millions d’euros" selon une source. "La consolidation du marché est souhaitable face aux plateformes" a reconnu jeudi matin le PDG de TF1, Gilles Pélisson lors de la présentation des résultats de la chaine. "On étudie les différentes hypothèses d’évolution du secteur mais il n’y a pas de négociations en cours", a-t-il toutefois précisé.

Vivendi pousse, Bouygues hésite

Ce schéma arrangerait surtout Vivendi. Le groupe Bouygues ne peut pas racheter l’ensemble du groupe M6 pour des raisons de concurrence. Ensemble, sa chaine TF1 et M6 couvriraient plus de la moitié du marché publicitaire. Pour Vivendi, cela lui permettrait de conserver ses chances de racheter Europe1. Certes, le groupe se heurterait aussi aux règles anti-concentration qui limitent le nombre de chaine TNT détenues par un même groupe à sept, Vivendi en détenant sept et M6 cinq. Mais l’obstacle n’est pas insurmontable car les Vivendi et M6 pourraient, ensemble, revendre ou abandonner facilement de "petites" chaines, en particulier celles de la TNT payantes comme Paris Première.

De son côté, Bouygues ne peut pas racheter l’ensemble du groupe M6 pour des raisons de concurrence. Ensemble, sa chaine TF1 et M6 couvriraient plus de la moitié du marché publicitaire. TF1 hésite, voire traine des pieds, face à un tel scénario qui le conduirait à aider son concurrent Vivendi à se renforcer dans la télévision, un marché que la chaine du groupe Bouygues domine.

Ce schéma aurait enfin l’avantage de convenir aux pouvoirs publics qui veillent à ce qu’un média d’information influent comme RTL ne tombe pas entre les mains de Vincent Bolloré. La ligne très "droitière" de sa chaine d’informations CNews n’est pas appréciée par l’Elysée. Dans ce cas, la vente de RTL au groupe Bouygues serait plus " rassurante" pour le pouvoir. Contactés, Vivendi, TF1 et M6 n’ont pas souhaité faire de commentaires.

Matthieu Pechberty et Simon Tenenbaum