BFM Business

Black Friday: eBay France veut devenir une alternative à Amazon pour les commerçants français

eBay France propose d'aider les commerçants français à profiter du Black Friday sans nécessairement passer par Amazon.

La guerre des places de marché pour les commerçants français est ouverte. Sur BFM Business, Céline Saada-Benaben, directrice générale d'eBay France, a dévoilé la manière dont elle compte les aider à vendre pendant le Black Friday.

"Nous avons mis en place deux programmes pour les aider à vendre en ligne. D'abord un accompagnement, puis l'opération 'Toujours ouvert sur eBay'. Avec un autocollant sur leur vitrine, ils pourront faire savoir à leurs clients que les produits qu'ils proposent peuvent aussi être achetés en ligne", a expliqué la patronne d'eBay France.

Selon elle, en seulement 24 heures un petit commerçant peut proposer ses produits aux " 183 millions d'acheteurs actifs" dans le monde.

"Pas besoin de créer un site ou d'apprendre comment fonctionne le web. Quelques photos avec un smartphone et une description du produit suffisent", précise la patronne d'eBay France.

Ni stock, ni entrepôts

Pour Céline Saada-Benaben, la place de marché accueillent déjà 26.000 commerçants français, soit plus de deux fois plus qu'Amazon qui a indiqué le chiffre de 11.000.

"Le nombre de vendeurs sur eBay a été multiplié par huit depuis un an. Même des libraires passent par notre plateforme", avance la patronne d'eBay France en révélant qu'en France, les produits les plus vendus actuellement sont les machines à faire des pâtes.

Car en effet, en devenant une place de marché, la plateforme connu pour être un site d'enchères entre particuliers veut affronter le géant du ecommerce.

"Ebay est une place de marché qui ne vit que des ventes de ses commerçants, nous n'avons ni stocks, ni entrepôts, nous sommes une 'market place' pour vendeurs professionnels", indique Céline Saada-Benaben.

Une remarque qui fait référence à l'action menée en Europe contre Amazon accusée de pratiques anticoncurrentielles. Selon la Commission européenne, la plateforme utilise "les données commerciales non publiques des vendeurs indépendants (...) au bénéfice de sa propre activité de vente au détail".

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco