BFM Business

Bezos vs Branson: qui enverra son premier touriste dans l'espace en 2021?

Virgin Galactic

Virgin Galactic - Virgin Galactic

Alors que son rival Elon Musk rêve de Mars, le fondateur d'Amazon Jeff Bezos entend bien emmener les premiers touristes en orbite cette année via son entreprise Blue Origin. Un autre milliardaire, Richard Branson, est aussi sur les rangs.   

Rien ne va plus pour Jeff Bezos. Début janvier, le fondateur d'Amazon a finalement été détrôné de la première place du classement mondial des milliardaires par Elon Musk, porté par une bulle spéculative stratosphérique estampillée Tesla. Bezos s'en est-il ému? Une chose est sûre, le voici désormais en position de suiveur, derrière Musk.  

Une fois de plus. Car s'il est un domaine où il est aussi à la traîne, c'est bien celui de l'espace. En 2000, Jeff Bezos avait fondé Blue Origin, espérant rendre le domaine spatial plus accessible pour le futur. Mais c'est SpaceX, lancé deux ans plus tard par Elon Musk, qui est devenu la nouvelle référence du spatial en signant des contrats à la pelle avec la Nasa, jusqu'à envoyer des hommes sur la Station spatiale internationale.

Reconversion dans le tourisme spatial 

Blue Origin n'a cependant pas dit son dernier mot. La société a désormais choisi de se concentrer sur un autre créneau: le tourisme spatial. Les débuts ont été compliqués mais en 2015 la capsule New Shepard a finalement atteint une altitude de 100 kilomètres sans encombre. Une prouesse. 

Surtout, la semaine dernière, le lanceur réutilisable de Blue Origin a réussi à projeter une cabine de six places, dont l'une d'elle était occupée par un mannequin. Concrètement, ce vol ouvre désormais la voie à un vol habité, avec de véritables passagers cette fois-ci.   

Le (désormais) deuxième homme le plus riche du monde le promet: 2021 sera d'ailleurs la bonne pour le tourisme spatial. Selon les informations glanées par CNBC, un nouveau vol inhabité est prévu en février avant un vol avec passagers programmé en avril. Un calendrier ambitieux mais Jeff Bezos est pressé. 

Il faut dire qu'il a un concurrent sérieux dans cette course aux voyages touristiques dans l'espace: le Britannique Richard Branson (certes, seulement 418ème fortune mondiale). Ce dernier espère aussi y envoyer des touristes cette année.

Richard Branson, le véritable challenger  

Mais Richard Branson a choisi une autre voie pour y arriver. Plutôt que d'utiliser une fusée qui libère une capsule en orbite, son entreprise Virgin Galactic entend utiliser un avion développé pour entrer en vitesse suborbitale.   

Concrètement, l'engin baptisé VSS Unity est littéralement porté par un double avion, qui joue les propulseurs. Le dernier vol, qui s'est déroulé en décembre dernier, s'est toutefois soldé par un échec, après un problème de motorisation.

Pour le moment, le VSS Unity n'a donc jamais vu la couleur de l'espace – contrairement à une autre fusée de Virgin, uniquement destinée au lancement de satellites - mais le calendrier ne semble pas perturbé pour autant. Si le second vol d'essai se déroule sans accroc, le troisième devrait accueillir le patron Richard Branson himself! Tout cela, cette année, promis!   

Il faut dire que Virgin a une marge de manœuvre serrée car près de 600 personnes ont déjà dépensé 250.000 dollars chacun pour s'envoler en orbite. Surtout, Virgin avait connu un accident dramatique en 2014 avec la mort d'un pilote lors d'un essai. La compagnie veut désormais prouver qu'elle est aussi avancée et sérieuse que Blue Origin. 

Enfin, il faudra évidemment faire avec SpaceX, qui compte aussi envoyer des touristes dans la Station spatiale internationale probablement en 2022. En réalité, il s'agira plutôt d'un voyage privilégié pour quelques chanceux très fortunés: le billet aller-retour coûtera plusieurs millions d'euros et les apprentis astronautes devront être formés comme des professionnels. Une façon de démocratiser l'espace? Pour le grand public, il faudra attendre encore un peu.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business