BFM Business

Avec la pratique du télétravail, les addictions augmentent

Hyperconnexion, tabac, alcool, cannabis... toutes ces pratiques addictives sont en hausse avec le travail à distance, selon une étude Odoxa pour GAE conseil.

Plus d’un salarié sur trois a pratiqué le télétravail ces six derniers mois, et parmi eux, plus de 8 sur 10 souhaitent prolonger l’expérience une fois la crise passée. Mais si la majorité y ont trouvé un certain confort de vie, pour d’autres, l'éloignement avec le bureau a certains effets néfastes. Le télétravail accroît le risque de pratiques addictives, selon une étude Odoxa réalisée auprès de 3000 Français pour le cabinet GAE conseil, spécialiste de la prévention des pratiques addictives en milieux professionnels.

Les salariés en sont bien conscients car ils sont 75% à penser que le travail à distance accroît les pratiques addictives chez les personnes déjà en difficulté. Rien d’étonnant à ce que 82% des salariés attendent un accompagnement et un soutien de leur entreprise vis-à-vis du télétravail.

Isolement et absence du regard de l'autre

Les risques liés à l’hyperconnexion arrivent en tête, ils sont en effet cités par 81% des Français et 79% des télétravailleurs. Puis vient la consommation de tabac (75%), d’alcool (66%), de cannabis (55%), de médicaments (52%) et d’autres drogues (51%).

L’addiction au travail est aussi un risque majeur pour la moitié des Français et pour 61% des télétravailleurs.

Cette accroissement des addictions a des origines multiples. Par nature, le télétravail conduit à l'éloignement des salariés, qui par sentiment d’isolement peuvent augmenter leurs addictions. Ils ont aussi une disponibilité du produit sans contrainte (absence de dépistage à distance) et sans jugement d’autrui, met en avant le cabinet GAE.

Le contexte sanitaire est aussi une source d’angoisse. Le salarié cherche à apaiser cette sensation avec des produits psychoactifs afin d’affronter des situations de travail perçues comme complexes (surcharge de travail, environnement de travail inadapté...)

Aux managers d'être vigilants

A cela s’ajoute une porosité entre vie personnelle et professionnelle impliquée par le télétravail, brouillant la limite entre temps de travail et temps de pause. Les conséquences sont très nettes pour les fumeurs, qui n’ont plus à sortir des locaux et peuvent allumer cigarette sur cigarette sans bouger de leur chaise.

Toute la difficulté pour les manager est d'identifier à distance ces pratiques à risques. Ils sont 77% à considérer qu’ils doivent redoubler de vigilance pour s’assurer qu’un salarié en télétravail n’ait pas de pratique addictive. Mais que faire ensuite? Là encore l'éloignement ne facilite pas les choses: lorsqu’une conduite est détectée par l’entreprise, 75% des Français estiment qu’il est plus difficile d’aborder le sujet avec les salariés en question s’ils sont en télétravail.

La solution est donc de former les managers à ces questions. Le cabinet appelle aussi à mettre en place des politiques de prévention adaptées aux nouveaux enjeux du distanciel.

Coralie Cathelinais Journaliste BFM Éco