BFM Eco

Amazon demande "par erreur" à ses employés de supprimer TikTok de leurs téléphones

Amazon présentera en détail le 14 janvier l’implantation d’un nouveau centre de distribution d’Amazon à Senlis (Oise), son septième en France.

Amazon présentera en détail le 14 janvier l’implantation d’un nouveau centre de distribution d’Amazon à Senlis (Oise), son septième en France. - Ina Fassbender-AFP

Le géant américain du commerce en ligne dit avoir envoyé "par erreur" un mail pour demander à ses salariés de supprimer l'application chinoise de leurs téléphones.

Le géant américain du commerce en ligne Amazon a envoyé vendredi, "par erreur", un mail à ses employés, leur demandant de supprimer l'application TikTok, dans un contexte de regain de tensions entre la Chine et les Etats-Unis, a indiqué le groupe.

"L'email envoyé ce matin à certains de nos employés l'a été par erreur. Il n'y a aucun changement de politique maintenant à l'égard de TikTok", a indiqué un porte-parole d'Amazon vendredi en fin de journée.

Le géant de la distribution en ligne a envoyé vendredi par mail à ses salariés une note, leur indiquant qu'ils devaient supprimer l'application TikTok pour pouvoir continuer à accéder à leurs e-mails depuis leur téléphone, selon des medias américains.

Soupçons d'espionnage

TikTok, plébiscitée par les plus jeunes grâce à ses vidéos autour de l'humour, de la danse et de la musique, appartient au groupe chinois ByteDance et compte près d'un milliard d'utilisateurs dans le monde. "La sécurité des utilisateurs est de la plus haute importance pour TikTok - nous nous engageons pleinement à respecter la confidentialité de nos utilisateurs", avait assuré un porte-parole du réseau social.

Le président américain Donald Trump avait affirmé mardi qu'il étudiait la possibilité de bannir l'application TikTok, en raison de soupçons d'espionnage pour le compte du gouvernement chinois.

La plateforme a souvent dû se défendre de ses liens avec la Chine, où sa maison-mère possède une application similaire, sous un autre nom. Elle a toujours nié partager des données avec les autorités chinoises et assuré ne pas avoir l'intention d'accepter de telles requêtes. Par ailleurs, TikTok avait annoncé lundi la suspension de son application à Hong Kong à cause de la récente loi sur la sécurité nationale imposée par la Chine.

P.L avec AFP