BFM Business

Alstom s’attaque à la restructuration de Bombardier

Le groupe pourrait passer plusieurs centaines de millions d’euros de provisions pour perte sur des contrats en Europe.

Le plus dur commence pour les équipes d'Alstom. Le rachat de Bombardier va s'accompagner d'une très lourde restructuration. Le groupe canadien souffre depuis plusieurs années de projets qui perdent de l'argent. Des pertes qui peuvent atteindre de 10 à 20% du montant des contrats. Alstom passe actuellement en revue tous les contrats de Bombardier, une centaine au total, dont une quarantaine pose problème. Ceux-là pèsent tout de même 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit un peu moins de la moitié du carnet de commande total de Bombardier.

Dans le détail, une vingtaine de contrats semble réellement "critiques", nous explique une source proche de l’entreprise. Il s’agit essentiellement de contrats de construction de trains et de métros en Europe. Notamment en Allemagne avec Deutsche Bahn et en Suisse avec CFF ou en Grande-Bretagne.

Le redressement de ces projets va durer au moins deux ans mais c'est la priorité d'Alstom. Il passe d'abord par une remise en ordre des usines en Europe pour produire dans les temps. Cette réorganisation des plates-formes industrielles est un chantier titanesque et long, notamment en Allemagne où Bombardier est très présent.

Charger les comptes

Sur le plan financier, Alstom a aussi tout intérêt à "charger la barque" dans ses comptes pour ces contrats. "Plusieurs centaines de millions d'euros" pourraient ainsi être provisionnés dans les comptes pour couvrir leurs pertes futures, estime une source. Mais la décision finale de la direction d’Alstom n’interviendra qu’au mois de mars.

Si cette restructuration est bien menée, Alstom en récoltera les fruits dans quelques années. Dans ce cas, une partie de ces provisions pourraient ainsi être reprises et "transformées" en bénéfices importants d’ici deux à trois ans, une fois que tous ces contrats sensibles auront été exécutés.

Ce week-end, le PDG d’Alstom Henri Poupart-Lafarge devrait aussi annoncer la nouvelle organisation de sa direction. Elle comprendra environ un tiers de cadres dirigeants provenant de chez Bombardier pour favoriser l’intégration des équipes.

Matthieu Pechberty Journaliste BFM Business