BFM Business

Air France intensifie sa reprise sur le réseau domestique

Air France va assurer 15% de ses vols d'ici fin juin.

Air France va assurer 15% de ses vols d'ici fin juin. - Pascal Pavani - AFP

La compagnie aérienne cible une offre de 15% en moyenne fin juin vers plus de cent destinations, avec la réouverture de ligne vers Biarritz, Brest, Montpellier ou encore des lignes au départ de Lyon. Elle se prépare aussi à la mi-juin à la réouverture de ligne vers l’Europe du sud.

Pour Air France, le mois de juin est placé sous le signe de la reprise. Mais tout se fait progressivement, pour passer de 5% de vols assurés en mai à 15% d'ici la fin du mois de juin. Dans une interview accordée au Parisien, Anne Rigail, directrice générale d’Air France, précise les liaisons qui vont de nouveau être assurées qui devraient être au nombre d'une centaine.

"La priorité sera donnée au réseau domestique, là où il est aujourd’hui possible de voyager. En plus de Marseille, Nice, Toulouse, nous rouvrons, par exemple, Biarritz, Brest, Montpellier ou encore des lignes au départ de Lyon. Il y a aussi la Corse puisqu’il n’y a plus de restriction de voyage", annonce Anne Rigail. Elle précise que les fréquences à destination de l’outre-mer vont aussi augmenter.

Sur l’Europe, la réouverture des frontières devrait permettre de desservir on des destinations très prisées pour les vacances, comme la Grèce, l'Espagne, et le Portugal.

Pour des destinations plus lointaines, même si les autorités n'ont pas encore donné de calendrier, Air France se prépare à une reprise pour le mois de juillet. 

"Il y aura 35 vols par semaine pour l’Algérie fin juillet et plusieurs dizaines vers le Maroc, la Tunisie et l’Afrique de l’Ouest. Sur les villes d’Amérique ou d’Asie, ce sera encore plus progressif. Finalement, en juillet, 35% de notre programme de vol habituel sera effectué et 40% en août pour 137 destinations rouvertes", détaille la directrice générale d'Air France.

Le plan de transformation présenté fin juin

Elle invite les clients à réserver leurs billets "sans crainte", car en cas de souci sanitaire qui les empêcheraient de partir, il est possible de changer de vol, soit d'obtenir un remboursement ou un avoir bonifié de 15%. En revanche, les clients ne peuvent pas miser sur des tarifs promotionnels qui ne seraient pas tenables pour la compagnie dont le taux de remplissage restent faibles. "Il est de 55 % actuellement, alors que d’habitude, en moyenne, c’est du 85 %.", précise Anne Rigail.

La pandémie va affecter durablement la compagnie, qui va devoir se réinventer et revoir son réseau. 

"L’ADN d’Air France, c’est la France, pas question d’abandonner notre réseau domestique. On restera ancré en France. Mais ce réseau perd 200 millions par an. Il y a trop de lignes déficitaires", déplore la dirigeante.

Les destinations facilement accessibles par le TGV seront probablement arrêtées. "Nous réfléchissons à déterminer quelle route doit être effectuée par Air France ou par nos filiales Hop! et Transavia." explique-t-elle au quotidien, 

La restructuration du réseau domestique et la transformation d’Air France seront présentées fin juin-début juillet. Ce sera aussi l'occasion de préciser le nombre de poste que la compagnie va supprimer. Des chiffres de 6000 à 10.000 ont été avancés.

Coralie Cathelinais