BFM Business

Aéronautique: 197 emplois menacés chez Lisi-Creuzet en Lot-et-Garonne

Le 737 MAX de Boeing est cloué au sol depuis mars 2019.

Le 737 MAX de Boeing est cloué au sol depuis mars 2019. - Stephan Braeshar-AFP

Impacté par l'arrêt de la production du Boeing 737-Max et le décalage du moteur GE9X sur le 777X, ce spécialiste des composants pour moteurs annonce une restructuration.

L'équipementier aéronautique Lisi-Creuset prévoit de supprimer 197 emplois sur les quelque 850 de ses sites de Marmande (Lot-et-Garonne), conséquence de l'impact de la pandémie de Covid-19 sur le secteur aéronautique, a annoncé la direction du groupe.

"Après plus de dix années de croissance ininterrompue, le transport commercial aérien vient de rentrer dans la plus grosse crise de son histoire en raison de la crise de la Covid-19", indique dans un communiqué transmis vendredi à l'AFP la direction de Lisi-Aerospace, qui évoque pour sa filiale Creuzet Aéronautique un chiffre d'affaires en "baisse de l'ordre de 45%" sur l'année 2020.
"L'arrêt de la production du Boeing 737-Max et le décalage du moteur GE9X sur le 777X sont venus perturber de façon supplémentaire la situation de Creuzet", précise Lisi, dont les deux sites à Marmande produisent des composants métalliques, pièces de structure et parties moteurs, pour l'aéronautique.

"Un retour du chiffre d'affaires au niveau de celui de 2019, est prévu au plus tôt en 2025", sans compter l'incertitude sur la pandémie, ajoute le groupe. Après des efforts d'économies qui se sont avérés "insuffisants", la direction a présenté jeudi un "projet de réorganisation qui pourrait entrainer la suppression de 197 postes".

Un plan de sauvegarde de l'emploi

L'annonce a été faite lors d'un comité social et économique extraordinaire de Lisi-Creuzet à Marmande, anciennement Creuzet Aéronautique, racheté par le groupe Lisi en 2011. La direction annonce qu'elle engagera "très prochainement" une négociation avec les syndicats sur les modalités d'un plan de sauvegarde de l'emploi.

Les syndicats ont exprimé leur surprise et leur rejet d'une "annonce-couperet", alors qu'ils s'attendaient à une annonce sur un dispositif d'activité partielle longue durée type ARME (Activité réduite pour le maintien en emploi). Depuis plusieurs mois, le personnel de Marmande était en activité partielle, à environ 50%, avec des disparités selon les postes.

Pour Mickael Orsini, délégué CGT, il est important de "prendre le temps", car les commandes de Lisi-Creuzet étaient garanties pour plusieurs années, adossées à une croissance record de l'aéronautique, et "ne sont pas annulées", mais reportées. Un dispositif d'activité partielle longue durée "doit permettre de faire la jonction avec une reprise future, même si la direction la prévoit en 2024-2025, sans suppressions massives d'emplois", dit-il.

PS avec AFP