BFM Business

2020, une année exceptionnelle avec 2,7 millions de vélos vendus en France

En 2020, le secteur du cycle a vécu une année "exceptionnelle"

En 2020, le secteur du cycle a vécu une année "exceptionnelle" - CHARLY TRIBALLEAU

Entre la pandémie, les aides d’Etat ou locales, la création de pistes cyclables, l'année 2020 a été exceptionnelle pour l'ensemble de la filière avec un chiffre d’affaires en hausse de 25% à 3 milliards d’euros. Du jamais vu!

Enfin une bonne nouvelle dans cette période de crise. Les professionnels du vélo sont heureux. L'Union Sport & Cycle qualifie 2020 d'année "exceptionnelle" pour l'ensemble de la filière. Il s'est vendu l'an dernier près de 2,7 millions de vélos en France (+1,7%), dont 514.672 vélos électriques (29% du marché). Le chiffre d'affaires de 3 milliards d'euros est en progression de 25%.

"Du jamais vu", a admis Jérôme Valentin, président de l'Union Sport & Cycle en rappelant que cette tendance a démarré avant la crise Covid. "Le démarrage de cet engouement a eu lieu en septembre 2018 avec le lancement du plan vélo par le gouvernement. Ce plan est la pierre angulaire du lancement de la culture vélo en France".

Prudence et humilité

Ce plan a consisté a développé les pistes cyclables, à créer des aides financières pour l'achat de vélos électriques ainsi que le "coup de pouce" vélo qui a permis de réparer 1,9 million de vélos pour les rendre opérationnels.

"Notre industrie a été privilégiée en 2020, mais soyons prudents et humbles. 2021 reste un défi car il faudra faire face à des enjeux logistiques pour obtenir les pièces nécessaires pour satisfaire la demande", a déclaré Jérôme Valentin.

Ce score impressionnant aurait pu être plus important explique l'USC. Les usines ont dû fermer pendant le 1er confinement et la livraison des pièces détachées venus d'Asie a freiné les ventes notamment dans les grandes enseignes de distribution.

Pour 2021, l'USC est à la fois optimiste et prudent. Optimiste parce que les ventes ne vont pas ralentir.

"Les assembleurs prévoient une croissance de plus de 40%", indique Jérôme Valentin. "Mais attention, il nous reste des défis à relever, chaque jour nous attendons les composants commandés et les délais de livraison glissent. Conséquences: notre travail se concentre sur la logisitque que sur la production".

Faut-il s'attendre à des pénuries? "Ne posez pas la question, nous ferons face", promet Jérôme Valentin.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco