BFM Business

Quand Porsche convertit un pilote réfractaire à l'électrique

Walter Rörhl, 71 ans, a testé la Taycan, la première Porsche 100% électrique.

Walter Rörhl, 71 ans, a testé la Taycan, la première Porsche 100% électrique. - Porsche

Le pilote allemand Walter Rörhl n'aimait pas la voiture électrique... mais ça, c'était avant de tester la Porsche Taycan.

Joli coup de com' pour Porsche. La marque allemande vient de publier un compte-rendu de l'essai de sa future Taycan, sa première voiture 100% électrique, toujours en cours de développement. Un test réalisé par un de ses pilotes stars, Walter Rörhl. Âgé de 71 ans, il a notamment été deux fois champions du monde des rallyes et compte deux participations aux 24 Heures du Mans ainsi qu'à d'autres épreuves d'endurance. 

Un anti-électrique...

L'avis de ce pilote expérimenté était particulièrement attendu. Il y a quelques mois, il tenait en effet des propos assez hostiles aux voitures électriques, comme le rappelle Auto Plus:

"C'est une catastrophe en termes environnementaux (...) les politiciens aveugles fixent la direction et tout le monde y va (...) vous ne m'entendrez jamais dire que les voitures électriques sont géniales", s'emportait-il dans une interview accordé à un magazine allemand spécialisé.

Des déclarations embarrassantes pour Porsche, qui a amorcé son virage vers des motorisations électriques, avec deux concepts et surtout une future voiture de série confirmée, la fameuse Taycan. Sa version définitive doit d'ailleurs être présentée cette année, certainement au salon de Francfort en septembre.

...désormais convaincu

Et -comme on peut s'en douter vu que Porsche a choisi de revenir sur cet essai- les impressions du pilote à bord de la Taycan sont plus que positives:

"C'est fou. Au cours de mes nombreuses années en rallye, je n'ai jamais ressenti une telle performance. La Taycan se comporte très bien à une telle vitesse, c'est vraiment formidable", a réagi Walter Rörhl, qui s'est dit également heureux de retrouver l'ADN de Porsche au volant, malgré ce changement de motorisation.

Point essentiel pour les amoureux du moteur thermique, le pilote s'est dit surpris de ne pas avoir souffert de l'absence de sonorité: "En fait, j'aime beaucoup le calme de la Taycan, c'est une expérience en soi."

De quoi potentiellement rassurer les amateurs de puissantes sportives, réticents à l'idée de passer au zéro émission. Face à Tesla qui a pris quelques années d'avance, en particulier avec sa Model S lancée en 2012, les modèles de Porsche, Audi ou encore Mercedes devraient s'imposer comme de sérieux concurrents.

Julien Bonnet