BFM Auto

Pollution: Paris demande la mise en place de la circulation différenciée ce vendredi

La pollution a fait son retour cette semaine en Ile-de-France

La pollution a fait son retour cette semaine en Ile-de-France - Patrick Kovarik - AFP

Ce vendredi, la préfecture de police pourrait appliquer la circulation différenciée. Dans le périmètre de l'A86, les vignettes Crit'Air 4 et 5 pourraient être interdites à la circulation. Un forfait à 3,80 euros sera proposé pour utiliser les transports en commun en Ile-de-France.

La Ville de Paris a demandé ce jeudi à l'Etat de mettre en place la circulation différenciée dans la capitale, en raison des pics actuels de pollution aux particules fines, alors que la Région a déclenché pour vendredi le forfait "antipollution" pour les transports en commun.

Paris connaît un épisode de pollution aux particules fines depuis deux jours et un troisième est annoncé pour vendredi, a précisé Airparif, qui mesure la qualité de l'air en Ile-de-France.

Il revient à l'Etat et aux collectivités de décider de mesures, parmi lesquelles la circulation différenciée, qui interdit la circulation des voitures les plus polluantes en fonction de leurs vignettes Crit'Air, (obligatoires pour circuler à Paris et dans d'autres villes de France).

En juin 2017, les sans vignette (véhicule immatriculé avant 1997) et les Crit'Air 4 et 5 avaient été interdits à la circulation, soit environ 2,8 millions de véhicules concernés, dans une zone délimitée par l'A86.

Tarif réduit dans les transports

De son côté, pour faire face à ce pic de pollution, Valérie Pécresse, présidente LR d'Île-de-France Mobilités (ex-Stif) et de la région Île-de-France, a décidé de déclencher le forfait "antipollution" sur l'ensemble du réseau de transports en commun francilien pour la journée de vendredi, annonce un communiqué.

Ce forfait toutes zones, créé en 2017, permet de voyager au tarif de 3,80 euros pour la journée. Son objectif est "d'inciter les Franciliens à laisser leur véhicule au garage et de privilégier les transports collectifs durant cet épisode de pollution". Le coût de cette mesure est estimé à 500.000 euros par jour.

Julien Bonnet, avec AFP