BFM Auto

Le prix de la vignette Crit'Air bientôt en baisse

La vignette Crit'Air passera au 1er mars de 4,18 euros à 3,70 euros (frais d'envoi compris)

La vignette Crit'Air passera au 1er mars de 4,18 euros à 3,70 euros (frais d'envoi compris) - Flickr - Pittou2

La vignette Crit'Air nécessaire pour circuler dans de nombreuses agglomérations françaises va voir son tarif baisser au 1er mars.

Avec le retour de la pollution dans certaines villes de France, la vignette Crit'Air refait parler d'elle. Et bonne nouvelle pour les automobilistes qui ne l'auraient pas encore commandée, son prix baisse. A partir du 1er mars prochain, il faudra compter 3,62 euros (frais de port compris) pour recevoir le petit disque, contre 4,18 euros jusqu'ici.

Obligatoire pour circuler dans une ZCR...

Ce certificat de qualité de l'air qui s'appose derrière le pare-brise (ou sur la fourche pour les deux roues) permet de distinguer les véhicules selon leur niveau de pollution en fonction de leur date de première immatriculation et de leur motorisation (essence, diesel, hybride, électrique, GPL...).

Depuis l'an dernier, elle est obligatoire pour circuler dans certaines agglomérations ayant adopté une ZCR (zone à circulation restreinte). Paris et Grenoble ont ouvert le bal l'an dernier, suivies par d'autres villes comme Lyon, Toulouse, Lille ou plus récemment Rennes. Les municipalités peuvent ensuite décider d'un calendrier permettant d'interdire telle ou telle vignette. A Paris par exemple depuis juin 2017, les vignettes 5 (voitures diesel d'avant 2011) ne sont pas autorisées à circuler dans la capitale en semaine de 8h à 20h. En cas de non-respect de la vignette autorisée ou de son absence , les automobilistes s'exposent à une amende de 68 euros.

...ou en cas de pic de pollution

Lors des pics des pollution, cette vignette permet également de mettre en place la circulation différenciée (selon le numéro de la vignette) qui remplace alors la circulation alternée (les plaques paires ou impaires sont autorisées ou non à circuler). Lors de la deuxième expérience de circulation différenciée à Paris, en juin 2017, environ 2,8 millions de voitures (Crit'Air 4 et 5) avaient été interdites à la circulation dans une zone étendue au périmètre de l'A86.

Julien Bonnet