BFM Auto

Paris: mobilisation pour le réaménagement de l’avenue Leclerc, paralysée par les bouchons

Le projet de réaménagement de l'avenue Leclerc dans le 14e arrondissement a reçu un avis négatif du préfet de police, qui s'inquiète du passage de cinq à deux voies de circulation. Les riverains eux se mobilisent pour obtenir une transformation de cet axe extrêmement embouteillé.

Le réaménagement de l'avenue du Général Leclerc fera-t-il autant de bruit que celui des voies sur berge? Dans le 14e arrondissement, cet axe qui relie la Porte d'Orléans à Denfert-Rochereau est l'un des points noirs de la capitale question bouchons et pollution. La mairie de Paris travaille depuis deux ans à un réaménagement de cet axe sur lequel débouchent de nombreux automobilistes qui sortent de l'A10 ou de l'A6.

Le projet a fait l'objet d'une concertation et d'ateliers, il prévoit de réduire la circulation des voitures pour favoriser bus et vélos. Les voies de circulation pour les voitures passeraient ainsi de 5 à 2 avec la création d'un nouveau couloir de bus et d'une piste cyclable bidirectionnelle, séparée du reste de la chaussée.

En haut, le projet de réaménagement de l'avenue Leclerc, réduisant la circulation de 5 à 2 voies.
En haut, le projet de réaménagement de l'avenue Leclerc, réduisant la circulation de 5 à 2 voies. © Mairie de Paris

Mais ce plan ne convient pas au préfet de police qui a émis fin septembre un avis négatif sur ce réaménagement. Comme pour l'installation des pistes cyclables rue de Rivoli ou sur les voies sur berge entre Boulogne et Paris, il s'inquiète d'une congestion de l'avenue et d'une intervention difficile des services d'urgence. 

Le rond-point d'Alésia bouché plusieurs heures par jour

Une position incompréhensible pour le collectif "Libérer Leclerc" qui vient de se monter. Pollution, bruit, bouchons... pour les membres de ce collectif (riverains, associations de cyclistes et d'usagers des transports) la situation notamment place Victor et Hélène Basch à Alésia ne peut pas être pire.

"Pendant 2h-2h30 le matin et pendant 3 à 4 heures le soir, la place est dans cette situation de paralysie totale qui finit par paralyser l'ensemble de l'avenue du Général Leclerc. On se retrouve avec des scooters et des motos sur le trottoirs qui cherchent à doubler les bouchons", souligne Léopold Hourq, riverain et membre du collectif Libérer Leclerc.

Pour cet habitant du 14e, l'argument du préfet sur le blocage des véhicules d'intervention fait "presque rire" au regard de la situation actuelle puisque ces véhicules doivent déjà jouer des coudes pour s'extraire du trafic. Les membres du collectif, notamment l'association de cyclistes Paris en selle défend la mise en place des pistes cyclables, qui peuvent aussi être empruntées par les véhicules d'urgence. 

La mairie du 14e regrette de son côté que l'avis du préfet conduise à un retard des travaux, qui devaient débuter début 2018. La municipalité souhaite "que les discussions avec la Préfecture de police aboutissent à un projet satisfaisant et partagé entre les différents acteurs". Le collectif "Libérer Leclerc" a décidé de lancer une pétition en ligne

Carole Blanchard avec Emmanuelle Lebon