BFM Auto

Genève 2017: Alpine A110, le retour de la berlinette

C’est au salon automobile de Genève que Renault a choisi de dévoiler la nouvelle Alpine A110. 252 chevaux sous le capot, seulement 1.080 kg sur la balance, elle reprend l’ADN sportif d’Alpine, au prix premium: 58.000 euros.

C’est certainement l’une des nouveautés les plus attendues du salon automobile de Genève. La voici enfin, plus d’un an après la présentation du concept: la version de série de l’Alpine A110. "Alpine is back", c’est ainsi que Micheal van der Sande a marqué le début de la conférence de presse à 13h15. Un an après le concept Vision, quatre mois après la mise en vente des premiers exemplaires, via une application, la berlinette du XXIe siècle se dévoile enfin, mettant fin à un suspense très bien orchestré.

Compacte, légère, agile

"Nous avons travaillé sur ce projet depuis un certain temps et aujourd’hui, nous vous révélons la voiture de série qui sera dans les showrooms d’ici la fin de l’année. Nous avons repris les fondamentaux d’Alpine: taille compacte, légèreté et agilité. Mais nous voulions lui appliquer les dernières technologies. Et pour cette voiture il ne pouvait y avoir qu’un nom: voici la nouvelle A110", a poursuivi le patron d’Alpine.

L'A110 ne pèse que 1.080kg, pour une puissance de 252 chevaux, soit un ratio poids-puissance de 4,3.
L'A110 ne pèse que 1.080kg, pour une puissance de 252 chevaux, soit un ratio poids-puissance de 4,3. © Renault

S’il faudra attendre l’automne pour prendre le volant, les spécificités techniques laissent présager de belles sensations au volant. Le châssis comme la plateforme ne pèsent en effet que 1.080kg, car tout en aluminium. Alpine expose d’ailleurs une caisse en blanc (le squelette de la voiture) sur son stand pour bien appuyer sa démonstration: la nécessité de chaque kilo a été pesée et soupesée. Les sièges par exemple ne pèsent que 13,1 kg chacun.

252 chevaux sous le capot

L’aérodynamique autorise des clins d’œil design à la berlinette, tout en misant sur une forme proche de la goutte d’eau, la forme aérodynamique ultime. Renault a bien appris de Caterham, son partenaire au tout début de l’aventure, sous la houlette d’un certain Carlos Tavares. Le Britannique avait ensuite quitté le navire en 2014. Alpine a beaucoup travaillé sur la répartition des masses: 44% à l’avant, 56% à l’arrière, avec un moteur central arrière, mais un réservoir placé à l’avant. Le tout promet une belle agilité et un bon placement dans les virages.

La répartition des masses: 44% à l’avant, 56% à l’arrière, avec un moteur central arrière.
La répartition des masses: 44% à l’avant, 56% à l’arrière, avec un moteur central arrière. © Renault

Sous le capot, Alpine propose un moteur quatre-cylindres 1,8 litre TCe, un moteur turbo retravaillé de la variante 1,6 litre chez Renault Sport. La puissance atteint 252 chevaux, soit 48 chevaux de moins que son rival direct, le Porsche 718 Cayman. Mais le coupé allemand pèse lui environ 250 kilos de plus au minimum, ce qui peut faire une différence côté agilité.

Encore un an d’attente

Si contre un acompte de 2000 euros, il est facile de réserver son Alpine en ligne, il faudra cependant patienter encore une bonne année avant d’en prendre le volant.

Les livraisons n’interviendront pas avant la fin de l’année depuis l’usine de Dieppe (Seine-Maritime) siège historique de la marque. En Grande-Bretagne et au Japon, il faudra même attendre 2018. Prix de base: 58.500 euros. Le Cayman se négocie lui à partir de 53.960 euros.

L'Alpine est facturée 58.500 euros.
L'Alpine est facturée 58.500 euros. © Renault
Pauline Ducamp