BFM Business

Nissan prévoit de collaborer avec un fabricant chinois de batteries

Nissan a annoncé son intention de développer des batteries de nouvelle génération avec le spécialiste chinois Sunwoda

Nissan a annoncé son intention de développer des batteries de nouvelle génération avec le spécialiste chinois Sunwoda - CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Nissan, l'allié de Renault et de Mitsubishi Motors, a annoncé son intention de développer des batteries de nouvelle génération en collaboration avec Sunwoda, un spécialiste chinois du secteur,

Le constructeur automobile japonais Nissan, allié au français Renault et à son compatriote Mitsubishi Motors, a annoncé vendredi son intention de développer des batteries de nouvelle génération pour ses véhicules électrifiés en collaboration avec un spécialiste chinois du secteur, Sunwoda.

"Les deux sociétés vont aussi discuter du développement d'un système de production efficace pour garantir une quantité stable des batteries développées en commun", selon le communiqué de Nissan. Nissan et Sunwoda espèrent parvenir à un accord définitif d'ici la fin de l'année, est-il encore précisé.

Sunwoda est un groupe chinois fabriquant des batteries lithium-ion pour l'automobile comme pour des produits électroniques grand public (smartphones, ordinateurs portables, etc.).

A la différence des grands groupes automobiles intégrés, l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors est un attelage unique d'entreprises indépendantes qui, par conséquent, peuvent nouer séparément des partenariats avec des tiers.

"L'annonce qui a été faite par Nissan concerne les batteries de véhicules hybrides", et non pas les véhicules 100% électriques, a précisé, plus tard dans la journée, Véronique Sarlat-Depotte, en charge des achats pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

Nissan, chef de file de l'alliance pour l'autonome et l'électrique

Sunwoda "est un fournisseur de l'alliance qui sera amené également à travailler pour nous, donc ça ne traduit absolument pas une divergence de vue ou d'action pour l'alliance (...) On continue à converger", a-t-elle expliqué, en réponse à une question lors de l'assemblée générale annuelle des actionnaires de Renault.

La nouvelle stratégie de l'alliance, dévoilée fin mai, vise à resserrer les liens de ses trois membres, tant sur la recherche-développement que sur la production, afin de dégager davantage de synergies.

"Disposer à termes de plusieurs sources (de batteries) n'est pas une mauvaise gouvernance", a par ailleurs estimé le président de Renault et de l'alliance, Jean-Dominique Senard, réaffirmant l'engagement du groupe au losange dans le projet européen dit "Airbus des batteries" initié par le constructeur PSA (Peugeot, Citroën) et le groupe Saft, filiale de Total.

Sur le plan technologique, Nissan sera le chef de file de l'alliance sur la conduite autonome et les motorisations des futurs modèles électriques développés sur des plateformes dédiées.

Fortement touché par la crise du coronavirus, qui a encore accru ses difficultés pré-existantes, Nissan a accusé une perte nette de 5,7 milliards d'euros sur son exercice écoulé 2019/20 clos au 31 mars, une première depuis 2009. Le groupe a aussi renforcé son plan de restructuration, en décidant notamment de fermer son site de Barcelone (Espagne).

P.S. avec AFP