BFM Business

Casques, manteaux, bagagerie… les marques d'équipements pour cyclistes veulent capter la clientèle urbaine

La boutique éphémère "JE SUIS À VÉLO"

La boutique éphémère "JE SUIS À VÉLO" - CB

Avec le développement spectaculaire de la pratique du vélo en ville, +38% en 2020 selon la Fédération Française des Usagers de la Bicyclette, les équipementiers visent une clientèle urbaine, plus exigeante en termes de design.

Dans son magasin éphémère situé dans le centre de Paris, Caroline Labroue, créatrice de l'eshop “JE SUIS À VÉLO” est satisfaite. A quelques jours de Noël, les clients sont au rendez-vous. La boutique propose toute la panoplie du cycliste urbain branché.

Sac à main en cuir convertible, adapté au porte-bagages, vestes de pluie aux couleurs tendances, et même un gilet de sécurité “inspiré des peintures Mondrian”.

On veut donner envie de faire du vélo, sans sacrifier son look, et inciter à s’équiper avec des produits à la fois fonctionnels et beaux", explique la fondatrice.
Gilet "Mondrian"
Gilet "Mondrian" © CB

Avec un chiffre d’affaires multiplié par dix en 2020, une “croissance exponentielle depuis le printemps dernier”, le pari semble réussi. “Notre clientèle est à 50% parisienne, mais on a beaucoup de demandes dans les grandes villes comme Lyon, Nantes, Bordeaux, Toulouse et Strasbourg où la pratique du vélo s’est intensifiée", développe Caroline Labroue.

Une demande d'équipement pratique, sécurisé et visuel

Fondé en 2019 “JE SUIS À VÉLO” n’est pas seul à surfer sur le marché du vélo en ville. Que ce soit pour le "vélotaf" ou les déplacements quotidiens, “on assiste à une demande d’allier équipement pratique, sécurisé et visuel” explique Richard Mazy, responsable de la communication chez Cyclables Paris.

En top des ventes: les équipements de pluie, essentiels avec l’arrivée de l'hiver mais aussi les casques. Parmi eux, un modèle en particulier, connaît un succès fulgurant: le lifestyle de chez KASK. Créé en 2008, "dans un désir de proposer un produit qui allie d'importantes normes sécuritaires et un aspect élégant" selon Diego Zambon, directeur général de KASK, ce casque est Made in Italy, comporte des lanières en cuir éco-responsable et une visière amovible qui offre 100% de protection contre les UV. Selon la marque, c'est d'ailleurs ce qui justifie son prix élevé - 180 euros.

"Ce modèle connait une demande exponentielle, depuis 2015, les ventes ont progressé de 1100%", développe Diego Zambon. Exigeante, la clientèle urbaine n'hésite pas à mettre le prix, quand ils peuvent se le permettre. "Chez nous, le panier moyen est autour de 100 euros", explique Caroline Labroue, "les clients préfèrent investir dans du haut de gamme, notamment pour les casques et les capes de pluie, là ou ils pourraient trouver plus accessible ailleurs. Ça suit la tendance de l'achat d'un vélo."

Casques KASK
Casques KASK © KASK

200% de croissance

Proposer des vêtements qualitatifs, adaptés à la fois au vélo et au dress code de l'entreprise, c'est l'idée de la jeune marque Urban Circus. La marque propose des vestes réversibles: d'un côté, elles sont fluorescentes et réfléchissantes, pour être vu quand la luminosité baisse, de l'autre, d'une couleur plus neutre, le tout étant conçu dans un tissu isolant et transpirant.

"On s'est lancés avec l'idée de créer des vêtements que les gens seraient fiers de porter", raconte le co-fondateur d'Urban Circus, Quentin Xavier, "nous voulions que les blousons soient compatibles avec tous les corps de métiers" ajoute-t-il.

Les vestes Urban Circus, côté réfléchissant
Les vestes Urban Circus, côté réfléchissant © Urban Circus

Après de longs mois de recherche et développement de leurs produits, et quelques déboires, 2020 marque un tournant pour Urban Circus. L'entreprise a noué un partenariat avec Aigle, est distribuée dans de grandes enseignes comme Darty, Boulanger et Intersport.

"On enregistre 200% de croissance", ajoute Quentin Xavier. Avec l'arrivée de l'hiver et la nécessité de s'équiper contre le froid et la pluie quand on roule à vélo, on s'attend à encore plus de commandes".

Prochaine étape pour Urban Circus: s'implanter à l'étranger, notamment en Allemagne. Avec une conviction: la tendance de l'équipement urbain haut de gamme et design n'est pas prête de s'arrêter.

Chloé Baïze Journaliste BFMTV