BFM Auto

Le téléphone, première peur des automobilistes au volant

Image d'illustration - Une conductrice utilise son téléphone au volant en 2012 à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Image d'illustration - Une conductrice utilise son téléphone au volant en 2012 à Marseille (Bouches-du-Rhône). - AFP - Boris Horvart

Selon le dernier baromètre Axa Prévention consacré à la sécurité routière, s’ils utilisent moins leur téléphone que l’an dernier, les conducteurs interrogés le considèrent comme le comportement dangereux le plus répandu.

Le téléphone au volant inquiète les automobilistes. Selon le dernier baromètre réalisé par Axa Prévention*, 66% des personnes interrogées considèrent l’usage du téléphone au volant comme le comportement dangereux le plus répandu. Un danger que les automobilistes appréhendent également avec les piétons. 44% des personnes interrogées considèrent comme dangereux ces "zombies du téléphone", qui marchent le nez collé à l’écran sans regarder autour d’eux.

25% des automobilistes envoient des SMS au volant

Pourtant interdit, l'usage du smartphone en voiture s’est banalisé ces dernières années. En janvier, une étude, menée pour la fondation MAIF par les chercheurs de l’IFSTTAR (Institut Français des Sciences & Technologies, des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux), précisait que 42,9% des automobilistes reconnaissaient l’utiliser au volant.

"Lors d’une conversation téléphonique, 80% des capacités de notre cerveau sont mobilisées. Téléphoner en conduisant provoque des mécanismes automatiques de pensée qui font que notre esprit se projette, se superpose à la route: on se représente la situation évoquée, on imagine l’interlocuteur", souligne Axa Prévention dans son communiqué.

L'association note cependant une certaine prise de conscience du danger du smartphone au volant: "69% des conducteurs considèrent qu’il est indispensable de sanctionner son usage avec plus de rigueur", même un automobiliste sur quatre reconnait pourtant lui-même utiliser l’appareil en conduisant. 25% envoient même des SMS alors qu’ils conduisent!

Vers une législation beaucoup plus sévère

Actuellement, il est tout simplement interdit de tenir son téléphone en main quand on conduit ou à l’arrêt, sous peine d’un retrait de 3 points et d’une amende de 135 euros. Depuis 2015, seuls les kits main libre adaptés à l’automobile sont autorisés, les kits piétons sont également interdits. En revanche, téléphoner en utilisant le haut-parleur est autorisé, comme les connexions Bluetooth avec un véhicule adapté.

Début janvier, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé un durcissement de la politique de sécurité routière contre l’usage du portable au volant. Si une infraction est commise alors que le conducteur utilise son téléphone au volant, il pourra voir son permis suspendu.

*Enquête KANTAR TNS réalisée du 12 au 29 janvier 2018 auprès d’un échantillon national de 1560 automobilistes représentatifs

Pauline Ducamp